>
>
Acné : traiter les boutons sans les maltraiter pour éviter les cicatrices

Acné : traiter les boutons sans les maltraiter pour éviter les cicatrices

Publié le 17.09.2015
Mise à jour 17.09.2015
Acné : traiter les boutons sans les maltraiter pour éviter les cicatrices
© 123RF-Ocskay Bence Mor

L’acné est une maladie chronique de la peau qui prédomine à l'adolescence. Le traitement est efficace et bien codifié et il faut traiter les boutons pour minimiser les complications : mal de vivre, syndrome dépressif, ainsi que prévenir les cicatrices.

L’acné : COMPRENDRE

Des mots pour les maux
L’acné est un problème de peau qui se produit lorsque les « follicules pileux » (les petites poches de la peau qui contiennent la racine des poils ou follicules pilo-sébacés) deviennent obstrués. On appelle « comédon » un follicule obstrué.
Un « point noir » est un comédon ouvert (la surface du comédon devient noire lorsqu’elle est exposée à l’air)
Un bouton est un follicule obstrué qui éclate à la surface de la peau
Un nodule ou un kyste est un follicule obstrué qui éclate sous la surface de la peau.

Qu’est-ce que l’acné ?

Fréquente à l’adolescence, l’acné se produit lorsque les follicules pilo-sébacés (glandes qui sécrètent le sébum à la racine des poils) sécrètent trop de sébum (hyper-séborrhée) : le canal qui s’ouvre sur la peau s’obstrue avec un mélange de sébum (une substance huileuse produite par la peau) et de cellules mortes de la peau. Ce follicule pileux bouché s’appelle un comédon.
Ces lésions qui sont donc de type « rétentionnel », peuvent se compliquer d’une inflammation secondaire à la prolifération d’une bactérie, Propionibacterium acnes (P. acnes), qui est normalement présente à la surface de la peau (bactérie commensale). Ceci peut donc conduire à l’apparition de pus.
S’il s’agit d’un comédon ouvert, on parle de « point noir » parce que la surface de ce bouchon devient noire lorsqu’elle est exposée à l’air. Un comédon fermé est un « point blanc », similaire au point noir sauf qu’il est fermé à la surface.
Si un follicule obstrué s’ouvre à la surface de la peau, il donne naissance à un « bouton ». Si un follicule obstrué éclate sous la surface, il forme une bosse rouge inflammatoire qui conduira à un « nodule » ou à un « kyste ».
L’acné cutanée est donc l’association de follicules pilo-sébacés obstrués à différents stades de leur évolution avec la coexistence : de points noirs, de points blancs, de boutons et de kystes. L’acné apparaît surtout sur le visage et le cou, mais aussi sur les épaules, le dos et les bras.

Qu’est-ce qui cause l’acné ?

Généralement à la puberté, les glandes sébacées (qui produisent une substance grasse et huileuse) deviennent trop actives et produisent un excès de sébum. Chez certaines personnes, cet excédent de sébum obstrue les pores, causant ainsi le gonflement et l’inflammation (rougeurs) souvent associés à l’acné.
L’hérédité est un facteur important du risque d’acné et de sa sévérité. Si un de des parents ou les deux ont eu de l’acné, le risque d’acné est important chez les enfants.

Qui est atteint d’acné et quand ?

Il arrive à tout le monde d’avoir un bouton un jour ou l’autre quelque part sur le corps, mais l’acné survient surtout au moment de la puberté et peut persister pendant 5 à 10 ans. Dans certains cas, elle peut même continuer à l’âge adulte.
Dans 20 % des cas, les nouveaux-nés développent une acné qui apparaît habituellement deux semaines après la naissance et peut durer pendant quelques mois. Cette forme s’appelle « l’acné du nourrisson » et apparaît surtout sur les joues et le nez, sous forme de lésions qui ressemblent à de petites papules rouges. Elle se résorbe généralement avant que le bébé ait trois mois.
Ce genre d’acné très juvénile est causé par les hormones maternelles qui traversent le placenta et restent dans le corps du bébé après la naissance pour stimuler les glandes sébacées. À la différence des autres formes d’acné, l’acné du nourrisson guérit toute seule et n’exige aucun traitement, bien qu’il puisse arriver, dans certains cas graves, que le médecin recommande un traitement topique.
S’il s’agit d’un cas d’acné léger ou modéré, le problème est souvent traité à l’aide d’un médicament en vente libre (sans ordonnance). En revanche, si l’acné est grave, tenace et répandue, il est recommandé de consulter votre médecin de famille pour recevoir un médicament plus puissant.

Pourquoi l’acné est-elle surtout fréquente à l’adolescence ?

La plupart des adolescents ont un certain degré d’acné, car les hormones sexuelles qui augmentent brutalement à l’arrivée de la puberté semblent déclencher l’acné.
En effet, les hormones à l’origine des caractères sexuels mâles, les androgènes, font augmenter le nombre de glandes sébacées et leur taille, ainsi que la quantité de sébum qu’elles produisent. Des études ont démontré que plus l’acné apparaît tôt, plus elle risque de s’aggraver durant l’adolescence, mais une personne qui a eu une acné du nourrisson ne sera pas nécessairement atteinte d’acné à l’adolescence.
Il est important de traiter tôt l’acné, dès qu’elle se manifeste. Même si l’acné semble bénigne et n’est pas très gênante, il est essentiel de l’empêcher de s’aggraver et de causer des cicatrices permanentes.

Peut-on avoir de l’acné à l’âge adulte ?

© 123RF-Ocskay Bence Mor
Chez certaines personnes, l’acné qui se manifeste à l’adolescence peut persister à l’âge adulte sous forme plus ou moins grave. De plus, même en l’absence d’acné à l’adolescence, l’acné peut faire son apparition à l’âge adulte. Les trois quarts des cas d’acné chez les adultes se présentent chez les femmes et semble en rapport avec une hyperandrogénie relative.

Les variations d’hormones sexuelles sont souvent responsables de poussées d’acné et c’est pourquoi certaines femmes souffrent d’acné cyclique avant leurs menstruations ou de périodes d’acné durant la grossesse ou la ménopause.

L’acné peut-elle être grave ?

L’acné bénigne ne se manifeste que par quelques « boutons » à la surface de la peau : ces lésions ne sont pas profondes et il n’y a pas d’inflammation. L’acné modérée se caractérise par des lésions nodulaires plus profondes et par des rougeurs. Dans l’acné grave, le malade a beaucoup de lésions et de nombreux kystes, et ces lésions sont très inflammatoires.
En dehors du désagrément, ces 2 dernières formes d’acné sont susceptibles de laisser des cicatrices sur la peau.
Les cicatrices en « pic à glace » sont les cicatrices les plus courantes et forment des trous profonds dans la peau. Les cicatrices déprimées sont des cicatrices creuses dont les rebords sont prononcés et qui donnent à la peau un aspect martelé. Enfin, les cicatrices hypertrophiques (« chéloïdes ») se traduisent par des bosses de tissus cicatriciels qui forment un relief sur la peau.

Qu’est-ce qui peut provoquer les poussées d’acné ?

De nombreux facteurs peuvent provoquer les poussées d’acné ou les éruptions de boutons. Les éléments déclencheurs peuvent être différents d’une personne à l’autre. Une bonne façon de maîtriser son acné consiste à éviter les éléments déclencheurs.
Lorsqu’on exerce de la pression sur la peau en portant, par exemple, une mentonnière, un casque, un bandeau, une bretelle de guitare, une bretelle de soutien-gorge ou des vêtements serrés, de l’acné localisée peut se développer au point de contact avec la peau.
La transpiration peut aggraver l’acné chez certaines personnes, probablement parce que la sueur peut aussi participer à l’obstruction des pores de la peau.
Irriter les boutons d’acné peut les aggraver et augmente le risque de cicatrice permanente. De plus, presser sur les boutons pour les faire éclater peut causer une issue du contenu du follicule (sébum et bactéries) dans les tissus avoisinants de la peau, ce qui aggrave l’inflammation locale et peut même causer une infection.
Certains médicaments peuvent causer des éruptions d’acné, notamment les corticoïdes oraux, certains contraceptifs oraux (la progestine seulement) et les anticonvulsivants.
Les éruptions d’acné peuvent correspondre à la période prémenstruelle chez certaines femmes.
Le lavage de la peau du visage deux fois par jour avec un nettoyant doux est une bonne pratique dans l’acné, mais un lavage plus énergique, en frottant ou en exfoliant, avec des produits nettoyants ou astringents forts (comme une lotion tonique à base d’alcool), risque d’irriter la peau, ce qui peut aggraver l’acné.
Le maquillage et les produits pour les cheveux peuvent obstruer les pores de la peau. Il faut acheter les produits « sans huile », « non comédogène » et « non acnéigène » : ils signalent que le produit a un moindre risque de causer de l’acné.
Aucune étude n’a démontré une quelconque influence des aliments sur l’acné et s’il est toujours possible d’éviter un aliment en particulier dont on a constaté à de multiples reprise qu’il déclencherait des poussées de l’acné, il n’est pas conseillé, car mauvais pour la santé, d’éliminer des groupes entiers d’aliments.

L’acné peut-elle laisser des cicatrices ?

Les cicatrices résultent d’un dommage à la peau et le résultat visible est une perte ou une accumulation de tissu cutané cicatriciel. Il y a deux sortes de cicatrices : les cicatrices déprimées (petits trous) et les cicatrices en relief (épaissies).
Même si l’acné bénigne peut causer des cicatrices, c’est l’acné kystique qui est le plus souvent associée au risque de cicatrices. Il est cependant difficile de prédire pour un individu en particulier s’il développera des cicatrices et si celles-ci seront graves.

DIAGNOSTIC >>
Sur le même sujet :
Nous les femmes
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit