>
>
Acné : traiter les boutons sans les maltraiter pour éviter les cicatrices
Acné : traiter les boutons sans les maltraiter pour éviter les cicatrices
Publié le 17.09.2015
Mise à jour 17.09.2015
Acné : traiter les boutons sans les maltraiter pour éviter les cicatrices
© 123RF-Ocskay Bence Mor

Acné : TRAITEMENT

Quels sont les différents types de traitements?

Comme il est impossible de savoir si une acné bénigne disparaîtra avant la fin de l’adolescence, ou empirera et persistera à l’âge adulte, il vaut mieux demander un avis pour la contrôler et éviter le risque de cicatrices résiduelles.
Les traitements contre l’acné cherchent à diminuer la quantité de sébum produite par les follicules, à réhydrater une peau sèche, à calmer l’inflammation et à éviter un développement excessif des bactéries de l’acné (P. acnes).
Il sont de 2 types : les traitements locaux en pommades ou en gel, et les traitement généraux sous forme de comprimés.

Quels sont les médicaments accessibles en vente libre ?

En cas d’acné bénigne, il est possible d’utiliser un médicament sans ordonnance avant de consulter un médecin. Ces médicaments sont généralement moins puissants que les médicaments prescrits.
Les traitements sans ordonnance comprennent des nettoyants dermatologiques et des crèmes ou des gels topiques. Leurs composants actifs sont habituellement l’acide salicylique ou le peroxyde de benzoyle, en concentrations variées. L’acide salicylique possède des propriétés anti-inflammatoires et exfoliantes, tandis que le peroxyde de benzoyle assèche la peau, exfolie légèrement et tue les bactéries.
Les nettoyants et crèmes à base de peroxyde de benzoyle sans ordonnance ont une concentration de 5 % et moins, alors qu’avec une ordonnance, leur concentration peut atteindre 10 %.
Quel que soit le traitement utilisé, il faut persévérer pendant un ou deux mois avant de voir des résultats. S’il n’y a aucune amélioration après six à huit semaines, il est légitime de consulter un médecin.
Les médicaments topiques sont appliqués sur toute la région affectée et non sur chaque bouton individuellement. Il faut appliquer la dose prescrite en couche mince et égale selon les recommandations de votre médecin. Même si l’acné s’améliore, il faut poursuivre le traitement afin d’empêcher l’apparition de nouvelles lésions.
Les produits qui contiennent du peroxyde de benzoyle peuvent rendre la peau plus sensible au soleil. Il faut donc réduire l’exposition au soleil et protéger la peau du soleil pendant leur application.

Quels sont les médicaments prescrits par les médecins ?

Les traitements pour l’acné sur ordonnance peuvent comprendre les formules topiques telles que les antibiotiques et les rétinoïdes (dérivés de la vitamine A).
Les médicaments oraux (qui agissent donc par voie générale) peuvent comprendre les antibiotiques, les rétinoïdes et les agents hormonaux (c’est?à?dire les contraceptifs oraux).
Les antibiotiques topiques (érythromycine, clindamycine) peuvent être prescrits afin de réduire l’inflammation associée aux rougeurs et à l’enflure associée à l’acné. Les médecins peuvent prescrire un produit qui contient à la fois du peroxyde de benzoyle et un antibiotique topique.
Les antibiotiques oraux (tétracycline, minocycline) sont généralement prescrits pour les cas d’acné modérés ou graves sur la poitrine, le dos et les épaules. Ces antibiotiques agissent en réduisant la quantité de bactéries (P. acnes). Il est rarement recommandé d’utiliser les antibiotiques topiques sur le long terme en raison du risque de résistance aux antibiotiques. Les antibiotiques oraux prescrits au cours de l’acné (cyclines) doivent souvent faire éviter l’exposition au soleil (risque de coup de soleil en raison de la photosensibilisation).
Les agents hormonaux tels que les contraceptifs oraux sont indiqués chez la femme pour les cas d’acné modérées et graves (acné kystique), résistantes aux traitements usuels. Ils sont souvent utilisés lorsque l’acné apparaît ou s’aggrave à l’âge adulte.
Deux formes d’acné répondent bien aux contraceptifs oraux : celle qui se manifeste durant la période prémenstruelle et celle qui apparaît le long de la mâchoire et qui est habituellement d’origine hormonale.
Ces traitements hormonaux sont contre-indiqués chez la femme enceinte, car les agents hormonaux peuvent causer des anomalies congénitales. De plus, ils ne sont pas indiqués chez les femmes de 35 ans et plus.
Les rétinoïdes (dérivés de vitamine A) sont prescrits uniquement dans les cas d’acné qui ne réagissent pas aux autres traitements, soit sous forme topique, soit sous forme orale. Les rétinoïdes topiques (trétinoïne, adapalène, tazarotène) aident à régénérer les cellules de la peau et à réduire l’inflammation. Les rétinoïdes oraux sont réservés aux cas graves d’acné très persistant.
Les femmes enceintes ne doivent pas utiliser de produits qui contiennent de l’isotrétinoïne car ce médicament entraîne des risques importants d’anomalie pour le foetus ou de fausse couche, quelle que soit la durée de l’utilisation du médicament : une seule dose d’isotrétinoïne peut entraîner une malformation.
Les médecins qui traitent des femmes en âge de concevoir doivent donc suivre strictement le programme de gestion des risques qui comprend une information avec un consentement à signer, une contraception hormonale obligatoire et une surveillance par le test de grossesse. Les préparations orales qui contiennent de l’isotrétinoïne sont parfois associées à une dépression et on a même rapporté des suicide dans certains cas, sachant que l’acné elle-même est une cause de dépression de l’adolescent. Ces produits peuvent aussi accroître les risques de développer le diabète, des maladies du foie ou des maladies du cœur. Ils peuvent aussi rendre la peau plus sensible au soleil et réduire la vision nocturne, parfois assez brutalement.

Pourquoi est-il important de suivre précisément le traitement prescrit ?

Les traitements prescrits par les médecins sont généralement efficaces et assez bien tolérés s’ils sont correctement suivis. Il est important de les prendre en respectant le calendrier proposé et la surveillance prescrite. Il faut éviter de les arrêter brutalement sans en parler au médecin.
Au début du traitement, certains médicaments de l’acné assèchent la peau et peuvent la faire peler ou causer des rougeurs et de l’irritation. Dans certains cas, il est même possible d’observer une aggravation initiale et transitoire. Ces effets indésirables incitent certains adolescent à abandonner leur traitement trop tôt et même à dire à leur médecin que le traitement ne fonctionne pas.
Pour éviter une mauvaise tolérance initiale, le médecin pourra recommander de débuter progressivement un nouveau traitement afin de donner le temps à la peau de s’y habituer. Il est ainsi possible de commencer par une durée d’application réduite au début (un quart d’heure) qui sera ensuite progressivement allongée. Une autre méthode peut être d’alterner les jours d’application du médicament (une nuit sur deux jusqu’à ce que la peau s’y soit habituée).

Comment estomper les cicatrices ?

La prévention est le meilleur traitement pour éviter les cicatrices causées par l’acné. Il est donc important de traiter l’acné le plus tôt possible et de la maîtriser afin d’empêcher la formation de nouvelles lésions. Une fois les cicatrices installées, un certain nombre de traitements peuvent être utiles.
Pour les cicatrices superficielles (par opposition aux cicatrices profondes ou en relief), les crèmes et les gels qui contiennent de la trétinoïne peuvent être utilisés. Ce produit favorise la production de nouveau collagène et permet essentiellement à la peau de produire un nouveau tissu sans cicatrices.
Les peelings chimiques et les peelings à base d’acide alpha-hydroxy aident à uniformiser la teinte de la peau et peuvent adoucir les petites imperfections.
La micro-dermabrasion est une technique de peeling plus intensive qui est recommandée pour les cicatrices causées par l’acné superficielle légère. Il s’agit d’un traitement de 10 à 20 minutes qui enlève la couche supérieure de la peau endommagée.
Les agents de remplissage injectables, comme le collagène et l’acide hyaluronique, sont injectés sous la surface de la peau afin de remplir les creux et les trous laissés par les cicatrices.
Le renouvellement cutané au laser élimine la couche superficielle endommagée de la peau, ce qui aide à adoucir l’apparence des cicatrices plus profondes. Ce genre de traitement favorise également la production de nouveau collagène dans la peau.

Est-ce que l’isotretinoïde peut entraîner une dépression et un suicide ?

Des cas de suicide ont été rapportés au cours de traitement par l’isotrétinoïne. Or, ce traitement ne doit être utilisé que dans les acnés sévères et c’est dans ces formes que des dépressions sont statistiquement plus fréquentes, en rapport avec la maladie de la peau.
Une seule étude scientifique a retrouvé une augmentation du risque de dépression au cours de ce traitement, mais sa méthode de réalisation n’est pas exempte de critiques ce qui en relativise les résultats.
A ce jour, le lien entre la prise d’isotrétinoïne et la survenue de troubles psychiatriques n’est donc pas établi, au niveau d’une population de patients, ce qui n’élimine pas un risque individuel, indétectable par les études. Des études de pharmacovigilance renforcée sont donc toujours en cours.
Les autorités de santé ont rappelé plusieurs fois aux médecins la nécessité de s’attacher à rechercher un syndrome dépressif au cours des acnés sévères et si celui-ci est présent, de le traiter, avec l’aide d’un psychiatre éventuellement. Ces précautions doivent être strictement respectées avant toute prescription d’isotrétinoïne.

<< DIAGNOSTIC
VIVRE AVEC >>
Sur le même sujet :