>
>
Sinusite aiguë : une douleur de la face qui peut compliquer le rhume
Sinusite aiguë : une douleur de la face qui peut compliquer le rhume
Publié le 01.02.2016
Mise à jour 02.02.2016
Mots-clés :
Sinusite aiguë : une douleur de la face qui peut compliquer le rhume
Jevtic/iStock

Sinusite aiguë : DIAGNOSTIC

Quand faut-il évoquer une sinusite aiguë ?

Il ne faut pas confondre une sinusite aiguë, infection bactérienne qui requiert un traitement antibiotique, avec la congestion que l'on ressent lors d'un rhume et qui ne nécessite pas d'antibiotiques.
Au cours d’un rhume (ou rhinopharyngite), des douleurs des sinus surviennent régulièrement et sont liées à la congestion de la muqueuse des sinus qui est en continuité avec la muqueuse du nez.
Une sinusite doit être évoquée devant des douleurs d’un seul côté du visage (« unilatérales ») qui se majorent en position penchée en avant (syndrome douloureux postural), à recrudescence vespérale, associées à une obstruction nasale, un mouchage épais (voire « muco-purulent »), parfois strié de sang, lui aussi d’un seul côté, et une petite fièvre (« fébricule »).

Quels sont les signes en faveur d’une sinusite bactérienne ?

Dans le cas de la sinusite maxillaire, une infection bactérienne est suspectée en cas de persistance ou d’aggravation de la douleur et de la fièvre, malgré un traitement symptomatique de 48 heures, surtout si la douleur est présente d’un seul côté, devient pulsatile et s’accompagne d’un écoulement par le nez plus important et purulent.

Comment diagnostiquer une sinusite aiguë ?

C'est souvent devant l'association des signes cliniques caractéristiques de la sinusite aiguë que le traitement est prescrit par le médecin.
Les examens complémentaires sont en général inutiles dans les sinusites aiguës maxillaires. Ce n'est qu'exceptionnellement que l'on a recours à des examens d'imagerie, soit parce que le diagnostic n'est pas certain, soit parce qu'on évoque un lien entre la sinusite et une infection dentaire, soit parce que le traitement est inefficace, soit enfin parce que l'on craint une diffusion locale de l'infection vers l'œil, le cerveau ou encore le cou.
En revanche, dans les autres sinusites frontales, ethmoïdales et sphénoïdales, des examens complémentaires sont utiles (radiographies et scanner crânien).
Le diagnostic de certitude repose sur l'examen par le spécialiste ORL de la fosse nasale avec un fibroscope (souple) ou un endoscope (tube rigide).
Parfois, les traitements antibiotiques s’avèrent inefficaces pour venir à bout de la sinusite aiguë. Il faut alors suspecter une sinusite chronique. Le diagnostic de la sinusite chronique se fera au moyen de l’examen des sécrétions, d’une endoscopie (une mini caméra introduite par le nez) qui permettra au médecin de visualiser les fosses nasales et de détecter la présence de sécrétions et par le biais d’un scanner.

Quand faut-il consulter un médecin ?

• S’il existe une fièvre au-delà de 38°5 C avec un gonflement de la face, en particulier au niveau de l’œil ou avec des maux de tête et une gêne importante à la lumière, il faut consulter un médecin aux urgences de l’hôpital.
• Si la douleur devient croissante et unilatérale avec un écoulement nasal purulent, il faut consulter son médecin dans la journée.
• Si les signes persistent au-delà de sept jours et résistent aux traitements de base, il faut consulter son médecin traitant. Ce dernier pourra alors prescrire, si nécessaire, un antibiotique de faible puissance. Dans la plupart des cas, l’antibiothérapie guérira la maladie. Plus rarement, les signes persisteront et nécessiteront la prise d’un deuxième antibiotique plus puissant.

<< COMPRENDRE
TRAITEMENT >>
Sur le même sujet :