>
>
Légionellose : une pneumonie qui ne tue pas que les légionnaires
Légionellose : une pneumonie qui ne tue pas que les légionnaires
Publié le 12.11.2018
Mots-clés :
Légionellose : une pneumonie qui ne tue pas que les légionnaires
stacey_newman/iStock

Légionellose : PREVENIR

Que peut-on faire pour prévenir une légionellose ?

Le risque de contracter la légionellose est généralement assez faible, mais on ne dispose pas pour l’instant de vaccin contre la légionellose.
La légionellose peut être combattue au niveau de la société par les autorités responsables de la sécurité des bâtiments ou des systèmes d’eau en mettant en œuvre des plans pour la salubrité de l’eau. Ces plans doivent être spécifiques à chaque domaine et déboucher sur l’introduction de mesures de lutte contre les risques liés à Legionella. Bien qu’il soit impossible d’éradiquer la source de l’infection, il est possible de réduire sensiblement les risques.
A la maison, il est possible de réduire le risque en entretenant correctement tous les appareils générateurs de brume, comme les pommes de douche, les spas, les baignoires de massage et les humidificateurs. Il faut régulièrement nettoyer et désinfecter ces appareils, conformément aux instructions du fabricant. Il est également possible de prévenir la propagation de Legionella en maintenant la température du chauffe-eau à au moins 60 °C. Mais, pour éviter de s’ébouillanter, il est important de faire installer des robinets mélangeurs par un plombier qualifié pour que la température de l'eau chaude du robinet ne dépasse pas 49 °C.
Il faut faire couler l’eau froide et l’eau chaude au moins 1 fois par semaine au niveau des points d’eau qui sont peu utilisés (évier, lavabos, douche...) et après chaque période d’absence prolongée, pour tous les points d’eau avant de les réutiliser (notamment la douche).

Comment prévenir la légionellose ?

L'antibioprophylaxie de la légionellose n'est pas actuellement justifiée scientifiquement. Aucun traitement prophylactique n’est donc mis en œuvre à titre systématique en cas de présence de légionelles dans l'eau.
Un traitement prophylactique ne pourrait se concevoir que chez les seuls patients à très haut risque, en cas d’épidémie, après avis du Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN) et avis du Comité des Antibiotiques.

<< TRAITEMENT
PLUS D’INFOS >>
Sur le même sujet :
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit