>
>
Mélanome : un risque lié principalement au soleil
Mélanome : un risque lié principalement au soleil
Publié le 03.10.2018
Mélanome : un risque lié principalement au soleil
© 123RF-belchonock

Mélanome : LE TRAITEMENT

Quelle est la stratégie de traitement ?

Le traitement du mélanome repose en premier lieu sur la chirurgie. L'exérèse de la tumeur, si elle est réalisée assez tôt, permet la guérison de la maladie. Elle est parfois suivie de l'exérèse d'un ou plusieurs ganglions lymphatiques. Selon le degré de l'atteinte, un traitement complémentaire par immunothérapie ou chimiothérapie peut être indiqué. Dans certains cas, la radiothérapie est proposée. Quel que soit le traitement, le malade est suivi régulièrement par un médecin pour surveiller l'évolution de l'affection.

La chirurgie est-elle indispensable ?

C'est la première étape du traitement. Le chirurgien enlève la lésion suspecte avec une marge  de sécurité : il retire une zone saine entre 1 et 2 cm autour de la lésion. L'examen anatomopathologique est ensuite réalisé. Il permet de confirmer le diagnostic de mélanome et d'en mesurer l'épaisseur. Une intervention chirurgicale complémentaire peut alors être décidée pour enlever une zone plus large autour de la lésion. L'étape suivante concerne les ganglions lymphatiques. Selon les cas, le médecin peut enlever le ganglion sentinelle, celui qui est situé près de la tumeur. Si ce ganglion contient des cellules malignes, une exérèse de tous les ganglions qui dépendent de la tumeur sont quelquefois enlevés : c'est le curage ganglionnaire.

Qu'est-ce que l'immunothérapie ?

Son rôle est de renforcer le système immunitaire de l'organisme et de lui permettre de s'attaquer aux cellules malignes. Elle peut être proposée en complément de la chirurgie et c'est alors l'interféron qui est prescrit en cure de 18 mois. Ce traitement est efficace mais parfois mal toléré par les malades car il peut provoquer des effets indésirables comme de la fièvre et une fatigue importante.
De nouveaux types de médicaments immunomodulateurs sont maintenant disponibles pour soigner les formes avancées de la maladie : l'ipilimumab, et plus récemment le nivolumab. Ce dernier cible et bloque les « gardiens » des lymphocytes T, qui s'attaquent aux cellules cancéreuses. Il désarme les défenses de la tumeur contre le système immunitaire, tout en boostant la capacité de ce dernier à combattre le mélanome. Ces nouveaux traitements apportent beaucoup d'espoirs et les médecins les associent actuellement avec des résultats prometteurs.
Les vaccins thérapeutiques sont une autre piste encourageante sur laquelle travaillent les chercheurs. Leur objectif est de mettre au point une immunothérapie personnalisée à la tumeur du malade.

Quelle est la place de la chimiothérapie ?

Elle est utilisée dans les formes étendues de la maladie quand le traitement chirurgical n'est pas possible ou si d'autres parties du corps sont atteintes. Le malade est alors suivi régulièrement pour évaluer l'efficacité du traitement et l'adapter.

Qu'est-ce que les thérapies ciblées ?

Ce sont des médicaments qui bloquent des mécanismes spécifiques des cellules cancéreuses. Cette stratégie repose sur la détection des mutations génétiques présentes dans ces cellules qui constituent des cibles pour les traitements. Le vémurafenib qui est disponible pour traiter les mélanomes non opérables au stade métastatique est un traitement ciblé sur la mutation du gène B-RAF responsable de la prolifération des cellules cancéreuses.

<< LE DIAGNOSTIC
VIVRE AVEC >>
Sur le même sujet :
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit