• CONTACT
 my div'); newWin.document.write(''); newWin.document.write(''); newWin.document.write(''); newWin.document.write(''); newWin.document.write(''+divToPrint+''); newWin.document.write(''); newWin.document.close(); }

LES MALADIES

Bronchiolite du nourrisson : une infection virale bénigne à surveiller de près

Bronchiolite du nourrisson : une infection virale bénigne à surveiller de près

Bronchiolite du nourrisson : une infection virale bénigne à surveiller de près
naumoid/iStock
Publié le 06.01.2020

Bronchiolite du nourrisson : TRAITEMENT

Quel est le traitement de la bronchiolite ?

Comme pour toutes les infections virales, les antibiotiques sont inutiles pour soigner la bronchiolite. Ils ne sont prescrits qu’en cas de surinfection bactérienne.
Le traitement est « symptomatique » : du paracétamol, ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tel que l’ibuprofène après l’âge de trois mois, pour la fièvre.
La kinésithérapie respiratoire quotidienne est souvent prescrite de façon trop systématique. Elle vise à éliminer les mucosités qui obstruent les voies respiratoires mais n'est pas toujours utile. D'ailleurs depuis 2019, les nouvelles recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS) mettent l’accent sur l’inefficacité de la kinésithérapie respiratoire, qui consiste à désencombrer les voies respiratoires du bébé en utilisant des techniques de manipulation, notamment des pressions sur la cage thoracique. Elle est “non recommandée” à l’hôpital, et “contre-indiquée” en médecine de ville. Toutefois, “non recommandé ne veut pas dire interdit. Elle doit être prescrite au cas par cas.
Il faut hydrater correctement le nourrisson, en fractionnant son alimentation et en épaississant les biberons. Il faut désobstruer le nez et éviter de fumer dans la maison ou l’appartement.
Dans la majorité des cas, la bronchiolite se soigne à la maison.
L’hospitalisation pour surveillance et soins est parfois indispensable chez les bébés de moins de six semaines et les nourrissons fragiles, et si des complications surviennent. Il sera parfois nécessaire de prévoir une ventilation assistée.
Une immunoprophylaxie passive par perfusion d'anticorps monoclonaux anti-VRS (Synagis®) est réservée aux prématurés de 32 semaines d’aménorrhée et aux enfants atteints de dysplasie broncho-pulmonaire.

Quels sont les conseils à suivre ?

- Nettoyer le nez plusieurs fois par jour avec du sérum physiologique.
- Donner de l’eau régulièrement à boire pour éviter la déshydratation.
- Donner à manger plus souvent et en plus petites quantités.
- Aérer les pièces du logement.
- Ne pas trop couvrir l’enfant.
- Ne pas fumer près de lui.

<< DIAGNOSTIC
PREVENIR >>
Sur le même sujet :

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES