• CONTACT
Publicité

>
>
Prééclampsie : une complication de la grossesse avec des risques graves
Prééclampsie : une complication de la grossesse avec des risques graves
Publié le 08.10.2019
Prééclampsie : une complication de la grossesse avec des risques graves
byryo/iStock

Prééclampsie : TRAITEMENT

Quel est le traitement ?

La première mesure est de lutter contre l’hypertension artérielle avec des médicaments antihypertenseurs.
Un repos allongé au lit est généralement prescrit.
En l’absence de signes de sévérité de la maladie, le traitement est suivi au domicile avec une surveillance médicale régulière.
En cas de prééclampsie sévère, l’hospitalisation est indispensable. En plus du traitement antihypertenseur peuvent être donnés des médicaments anticonvulsivants et des corticoïdes.
La prééclampsie guérit en quelques jours après l’accouchement. Le but du traitement est donc de poursuivre la grossesse le plus longtemps possible sans faire courir de risques à la mère et au fœtus. En cas d’aggravation de la maladie, un accouchement prématuré est déclenché ou une césarienne est pratiquée.

Quelle est l’évolution de la maladie ?

La prééclampsie guérit le plus souvent sans séquelle avec une surveillance et un traitement adaptés, mais il peut survenir des complications graves qui sont parfois mortelles pour la mère ou l’enfant et nécessitent un traitement spécifique.
Après l’accouchement, la maladie s’atténue pour disparaître en une à deux semaines.

Quelles sont les complications ?

• Les complications maternelles sont cérébrales, rénales, hépatiques et elles touchent le placenta. Les crises d’éclampsie se manifestent par des crises de convulsions parfois fatales. Elles sont dues à l’hypertension intracrânienne qui peut aussi provoquer un accident vasculaire cérébral hémorragique. C’est une urgence vitale. Dans ce contexte, il est possible d’observer une insuffisance rénale aiguë. Une rupture hémorragique du foie peut survenir, de même qu’un syndrome HELLP, caractérisé par la destruction des globules rouges dans le foie responsable d’une anémie. La crainte est aussi la survenue d’un hématome rétro-placentaire : c’est une poche de sang qui se forme entre le placenta et la paroi de l’utérus et menace la vie du fœtus. Une césarienne est alors indiquée.
• Les complications fœtales consistent en un retard de croissance ou une prématurité du bébé : elles sont la conséquence des anomalies et du mauvais fonctionnement du placenta, le fœtus ne recevant plus assez de nutriments.

<< DIAGNOSTIC
PREVENTION >>
Sur le même sujet :

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité