>
>
Ongle incarné : il fait souffrir l’orteil et expose à l’infection

Ongle incarné : il fait souffrir l’orteil et expose à l’infection

Publié le 21.04.2015
Mise à jour 23.10.2015
Ongle incarné : il fait souffrir l’orteil et expose à l’infection
© 123RF-Alexander Raths

Un ongle est dit « incarné » quand ses bords pénètrent dans la peau des sillons qui limitent ses bords latéraux et y provoquent une inflammation.

Ongle incarné : COMPRENDRE

Des mots pour les maux

L'ongle est formé de « kératine » et c’est ce qui le rend dur.
L’ongle repose sur le « lit unguéal ».
Les bords de l’ongle s’enfoncent dans un sillon formé par un repli de la peau
Ce repli cutané est appelé « repli unguéal ».
La pénétration de l’ongle dans la peau et le tissu sous-cutané (le « derme ») produit un ongle « incarné ».

Qu'est-ce que l'ongle incarné ?

Un ongle est incarné quand il pénètre dans la peau des sillons qui limitent ses bords latéraux. Cela fait une plaie ouverte, mais souvent cachée au fond du sillon. Cette plaie peut pénétrer en profondeur et atteindre le « derme » sous la peau. Elle est maintenue ouverte par le bord rigide de l’ongle.
Dans un premier temps, cette plaie s’accompagne d’une simple réaction inflammatoire du sillon. En l'absence de traitement, une infection peut apparaître qui peut ensuite s’étendre à l’orteil et au pied.
C’est une affection qui touche les ongles des pieds et, particulièrement, du gros orteil.

Quels sont les facteurs qui favorisent l'apparition d’un ongle incarné ?

Un certain nombre de facteurs favorisent l'apparition d'un ongle incarné et le plus important d’entre eux est une coupe trop agressive de l'ongle. Lorsque l’on se coupe un ongle, il faut toujours veiller à ce que l’ongle restant dépasse le bord libre de l'orteil de un à deux millimètres. Si l'ongle est taillé en demi-cercle et trop court sur les bords, la peau risque de recouvrir le bord de l'ongle et celui-ci la repoussera lors de sa repousse en s'enfonçant dans la peau.
L’ongle incarné est une pathologie qui touche principalement les ongles des pieds et les autres facteurs favorisant tiennent au chaussage (chaussures mal ajustées ou trop étroites), à un traumatisme des pieds (choc sur l'orteil, coup de pied dans un ballon…), à un traumatisme de l’ongle qui se casse (un morceau d'ongle pénètre dans la peau), à un trouble de l’appui et de la statique du pied (mauvais déroulement du pas, conflit entre le premier et le deuxième orteil), des maladies (arthrose, diabète).<
Une transpiration trop importante du pied peut favoriser également l’apparition d’un ongle incarné.

Comment évolue un ongle incarné ?

Lorsque l’ongle incarné débute, la douleur est modérée, intermittente et surtout ressentie principalement lors du chaussage ou lors d’une activité sportive. L’ongle est enchâssé dans le sillon et la pression du gonflement inflammatoire est sensible. 
A un deuxième stade, la douleur est plus vive, elle devient quasi permanente. Elle est très nettement augmentée par le chaussage et gêne la marche. Le repli de peau autour de l'ongle (bourrelet péri-unguéal) devient rouge, chaud et tuméfié. Il n'y a pas d'écoulement de pus, mais la douleur devient franchement aiguë lorsqu'on appuie sur le gonflement péri-unguéal.
A ce stade, lorsque l’ongle incarné n’est pas traité, le problème peut devenir infectieux et grave. La douleur est importante, voire insomniante. Elle empêche la marche, le « bourrelet péri-unguéal » est très augmenté de volume. Il est possible de voir apparaître un écoulement de pus malodorant. Une infection grave de l’orteil (panaris) et du pied peut survenir.
Si l’infection se limite au repli unguéal et devient chronique, il peut apparaître un bourgeonnement charnu ressemblant à une framboise, saignant facilement, appelé « botryomycome ».

CONSULTATION >>
Sur le même sujet :
Nous les femmes
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit