>
>
Endocardite : une infection du cœur dont la fréquence n’a pas diminué
Endocardite : une infection du cœur dont la fréquence n’a pas diminué
Publié le 09.11.2016
Mise à jour 21.08.2018
Mots-clés :
Endocardite : une infection du cœur dont la fréquence n’a pas diminué
interstid/iStock

Endocardite : TRAITEMENT

Quels sont les principes du traitementde l’endocardite infectieuse?

Le traitement des endocardites infectieuses repose sur l’administration de deux antibiotiques complémentaires, généralement à dose élevée, par voie intraveineuse. Ce traitement antibiotique doit être poursuivi pour une durée d’au moins six semaines. Une hospitalisation est toujours nécessaire.
Les végétations valvulaires de l’endocardite constituent un foyer infectieux difficile d'accès pour les antibiotiques qui doivent donc avoirune « activité bactéricide ». La diffusion de certains antibiotiques peut être très faible au sein des végétations, ce qui peut expliquer, pour certains antibiotiques peu diffusibles, la plus grande difficulté à éradiquer le micro-organisme dans des végétations de grande taille.Enfin, la densité bactérienne et l'activité métabolique ralentie des bactéries au sein des végétations peuvent être responsablesde la sensibilité in vivo réduite par rapport à ce que peuvent prédire les tests in vitro effectués dans les conditions standard.
Idéalement, cette « bactéricidie » doit donc être obtenue le plus rapidement possible et maintenue en permanenceet pour longtemps. Les doses d'antibiotiques doivent être importantes pour assurer en permanence des concentrations élevées.Pour ces raisons, la voie intraveineuse doit être considérée comme la voie d'administration de référence car elle assure une disponibilitédes antibiotiques.
Dans certains cas, la valve atteinte a été gravement endommagée par l’infection et une intervention chirurgicale est indispensable, soit pour la reconstruire, soit pour la remplacer et poser une « prothèse valvulaire ». Ce traitement chirurgical à la phase aiguë de l’endocardite infectieuse permet d’améliorer la survie des malades qui souffrent d’une destruction valvulaire d’origine infectieuse par rapport au traitement médical isolé. Il repose sur des principes simples et comporte deux temps : le nettoyage (« débridement ») de tous les tissus infectés ou nécrosés, puis la reconstruction de tous les dégâts anatomiques. En cas d’endocardite avec lésion valvulaire simple, limitée à une partie des valves, des méthodes de réparation peuvent être envisagées, sinon un remplacement valvulaire par une prothèse sera nécessaire. Il est possible d’effectuer un remplacement valvulaire en présence d’une infection active, sans contamination de la nouvelle prothèse. De bons résultats sont obtenus aussi bien avec les valves mécaniques qu’avec les valves biologiques.

<< DIAGNOSTIC
PREVENIR >>
Sur le même sujet :