• CONTACT
Publicité


LES MALADIES

Hépatite B : une maladie infectieuse du foie liée au sexe ou au travail

Hépatite B : une maladie infectieuse du foie liée au sexe ou au travail

Hépatite B : une maladie infectieuse du foie liée au sexe ou au travail
© 123RF-woodoo007
Publié le 05.01.2018

Hépatite B : PREVENTION

Comment prévenir une hépatite B ?

La vaccination et les mesures d’hygiène en prévention de l'hépatite B permettent d'éviter la transmission et/ou la survenue de la maladie.
La vaccination de l'hépatite B est très efficace et est recommandée en priorité à tous les nourrissons chez lesquels elle est très bien tolérée.
Un vaccin combiné peut être utilisé pour que cette vaccination soit faite en même temps que les autres (diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite infections à Haemophilus influenzae et hépatite B).
Elle est réalisée par une injection à 2 mois, 4 mois et 11 mois.
Un rattrapage de la vaccination devrait être proposé à tous les enfants ou adolescents âgés de moins de 16 ans qui n'aurait pas été vacciné antérieurement. Dans ce cas, seulement deux injections suffisent espacées de six mois.

Quand faut-il se vacciner contre l’hépatite B ?

En priorité, la vaccination est recommandée à tous les nourrissons. Un rattrapage est recommandé pour les enfants et adolescents jusqu’à 15 ans révolus qui n’ont pas été vaccinés antérieurement.
Certaines personnes courent un risque plus important et il est particulièrement recommandé de les protéger :
Ce sont bien sûr les nouveau-nés de mère porteuse de l’hépatite B, qui doivent être vaccinés dès la naissance, ainsi que les enfants et adolescents accueillis en collectivité (crèche, institutions….).
Contre la transmission sexuelle, il faudrait vacciner les personnes ayant des relations sexuelles avec des partenaires multiples et les partenaires sexuels d'une personne infectée par le virus de l'hépatite B ou porteuse chronique du virus.
Contre la transmission par objet souillés et sang contaminé, il faut envisager de vacciner les toxicomanes utilisant des drogues par voie intraveineuse, les personnes susceptibles d'être transfusées (hémophiles, dialysés, insuffisants rénaux...) ou de recevoir une greffe d'organe ou de tissus, l'entourage proche d'une personne infectée par le virus de l'hépatite B ou porteuse chronique du virus (personne vivant sous le même toit), les personnes accueillies dans les institutions psychiatriques, les détenus qui peuvent cumuler un certain nombre de facteurs d'exposition au virus de l'hépatite B, les voyageurs ou les personnes amenées à résider en zones de moyenne ou de forte endémie.
Enfin, il est nécessaire de vacciner les personnes exerçant un métier qui nécessite une vaccination (recommandée ou obligatoire), c’est-à-dire les personnes qui, dans le cadre d'activités professionnelles ou bénévoles, sont susceptibles d'être en contact direct avec des malades et/ou d'être exposées au sang et autres produits biologiques, soit directement (contact direct, projections), soit indirectement (manipulation et transport de dispositifs médicaux, de prélèvements biologiques, de linge, de déchets) : professionnels de santé, secouristes, gardiens de prison, éboueurs, égoutiers, policiers, tatoueurs...

Est-ce que la vaccination contre l’hépatite B est risquée ?

Le vaccin a fait la preuve d’une innocuité et d’une efficacité remarquables. Depuis 1982, plus d’un milliard de doses de vaccin contre l’hépatite B ont été administrées dans le monde. Dans les pays où 8 à 15 % des enfants devenaient auparavant des porteurs chroniques, la vaccination a permis de ramener le taux d’infection chronique à moins de 1 % parmi les enfants vaccinés.
Les polémiques sur l’innocuité du vaccin, qui existent dans tous les pays mais particulièrement en France, expliquent qu’une partie de la population actuelle ne soit pas protégée vis-à-vis du virus de l’hépatite B.
Pourtant, toutes les études sur l’utilisation de ce vaccin, conduites au niveau de la France et de l’international, ne montrent pas de sur-risque de survenue d’une maladie auto-immune et en particulier de la sclérose en plaque (SEP) chez les personnes vaccinées.
Pour les experts, les rares cas de SEP qui sont survenus après une vaccination dans les années 1990, et qui ont pu légitimement inquiéter, s’expliquent par une coïncidence de survenue en raison de l’âge élevé de vaccination recommandé en France : les adultes jeunes ont été massivement vaccinés contre le VHB à cette époque alors qu’il s’agit aussi de l’âge auquel surviennent généralement les premiers symptômes de la SEP. En effet, un peu plus d’une centaine d’atteintes démyélinisantes centrales ont été notifiées entre 1989 et 1995 pour environ 17,5 millions de sujets vaccinés en France, soit moins de 0,6 ‰ d’entre eux. Compte tenu du sexe et de l’âge des sujets vaccinés, les fréquences de scléroses en plaques observées après la vaccination ne sont pas supérieures à celles attendues dans la population générale. Ceci témoigne de l’absence d’effet de la vaccination sur le risque de SEP.

 

<< TRAITEMENT
VIVRE AVEC >>
Sur le même sujet :

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité