Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude de l'InVS

Hépatite B : 15 % des parents toujours méfiants vis à vis du vaccin

La couverture vaccinale contre l’hépatite B est jugée satisfaisante en France. Mais les attitudes des parents face à la vaccination restent contrastées.

Hépatite B : 15 % des parents toujours méfiants vis à vis du vaccin WEST JIM/SIPA

  • Publié 28.07.2015 à 22h28
  • |
  • |
  • |
  • |


Malgré les polémiques et les hésitations sur la vaccination, les Français protègent massivement leurs enfants contre l’hépatite B. A l’occasion de la Journée mondiale contre l'hépatite, l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) consacre son Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) aux hésitations de la population. Seule une minorité exprime un rejet catégorique de la vaccination. Plus nombreux sont ceux qui s’interrogent.

92 % des nourrissons âgés de 6 mois et nés en 2014 ont entamé une vaccination contre le virus de l’hépatite B. Une véritable explosion depuis 2008, date d’admission du vaccin hexavalent au remboursement. En dépit des diverses polémiques autour de ce produit, notamment accusé d’être à l’origine de maladies auto-immunes, il reste très sollicité. Chez les adolescents toutefois, une stagnation autour de 45 % est observée.



40 % des parents ont vacciné

L’adhésion croissante à la vaccination contre l’hépatite B est avérée. Mais quelles sont les positions des familles ? C’est la question qui a été posée à 5 922 parents, interrogés en ligne. La méfiance est vivace depuis l’émergence de cas de sclérose en plaques chez des adolescents vaccinés, dans les années 1990. Les attitudes « peuvent aller d’une adhésion totale jusqu’au rejet des vaccinations, en passant par une vaccination retardée, voire incomplète », écrivent-ils. Mais de plus en plus de parents expriment une position critique vis-à-vis de certains vaccins. L’exemple de l’hépatite B l’illustre bien.

4 parents sur 10 déclarent que tous leurs enfants sont vaccinés. 26 % ne sont pas certains du statut vaccinal de leur progéniture. Ces derniers sont surtout des hommes ou des personnes non diplômées. Pour ceux-ci, « le carnet de vaccination électronique déjà expérimenté dans certaines régions pourrait être un bon outil de suivi des vaccinations. Les systèmes de rappel ou de suivi (téléphonique ou par courriel) pour signifier aux personnes que leurs enfants sont la cible de recommandations vaccinales ont déjà également fait preuve de leur utilité », précise l’article du BEH.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité

Des papas positifs

Parmi les parents d’enfants non vaccinés, trois profils peuvent être distingués. Tous adoptent une position différente vis-à-vis de la vaccination. Les auteurs du BEH les séparent entre « compliants », « méfiants » et « opposés ».

Les parents compliants (17 % du sous-groupe, 5,5 % de l’effectif total) n’ont pas vacciné leur enfant, mais seraient prêts à le faire le jour même si leur médecin le proposait. Ils ont d’ailleurs l’intention de faire ce geste au cours du trimestre suivant et pensent que c’est une chose facile. Les membres de ce groupe sont plutôt des hommes, des jeunes parents et appartiennent souvent à la catégorie socio-professionnelle des employés et des ouvriers.

« Les personnes que nous avons qualifiées de compliantes n’ont pas fait vacciner leurs enfants et n’avaient pas particulièrement l’intention de le faire, mais leurs attitudes vis-à-vis de la vaccination étaient les moins défavorables et elles auraient pu se conformer à la recommandation si l’occasion s’était présentée, précisent les auteurs du BEH. Un accès facilité à la vaccination et une multiplication des occasions de vaccination pourrait permettre d’augmenter la couverture vaccinale de ces enfants. »

Des mères plus méfiantes

Les parents méfiants (47 % du sous-groupe, 14,5 % de l’effectif total) ne vaccineraient pas leur enfant le jour même, mais ils ne sont pas formellement opposés à ce geste médical. S’ils ont conscience que l’hépatite B est une maladie grave, ils ne craignent pas que leur enfant la contracte s’il n’est pas protégé. Ces parents appartiennent plutôt aux catégories socio-professionnelles supérieures, et ont des revenus élevés.

Les parents opposés (36 % du sous-groupe, 11 % de l’effectif total) à la vaccination contre l’hépatite B ne pensent pas que ce geste soit une bonne chose ou facile à réaliser. D’ailleurs, 5 % d’entre eux sont défavorables à toute vaccination et aucun ne compte faire protéger son enfant au cours des trois prochains mois. Les femmes sont plus nombreuses dans ce groupe, tout comme les personnes de plus de 35 ans.



Pour favoriser la vaccination, concluent les auteurs du BEH, la mise à disposition de vaccins dans le cabinet du médecin généraliste pourrait être une mesure efficace. Elle est d’ailleurs expérimentée en Poitou-Charentes. La diversification des lieux de vaccination, en mettant notamment à profit les officines, est également appréciable.

L’attitude des médecins vis-à-vis du vaccin contre l’hépatite B

Les médecins ne sont pas sur la même longueur d’ondes que leurs patients vis-à-vis du vaccin contre l’hépatite B. Ils perçoivent bien leur patientèle comme réticente mais restent confiants quant à cette protection. 90 % sont totalement vaccinés et les trois quarts ont protégé leurs enfants.
Pour 48 % des généralistes, le lien entre l’hépatite B et la sclérose en plaques n’est « pas du tout probable ». D’ailleurs, ils obtiennent assez facilement l’adhésion des adolescents qui ne sont pas vaccinés. En revanche, ils ne détaillent pas toujours les maladies ciblées par le vaccin hexavalent. Un sur cinq ne le fait que parfois ou jamais.
Mais même dans cette population, des réticences s’observent. 34 % des généralistes proposent systématiquement le vaccin contre l’hépatite B aux adolescents, mais 10 % ne le font jamais.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité