Publicité

MIEUX VIVRE

Test génétique BRCA1, dépistage...

Cancer du sein : l'effet Angelina Jolie se prolonge

La médiatisation de la double mastectomie subie par Angelina Jolie en prévention du cancer du sein a marqué les mémoires. Aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, les tests génétiques et le dépistage ont doublé.

Cancer du sein : l'effet Angelina Jolie se prolonge WIDMANN PETER/TPH/SIPA

  • Publié 19.09.2014 à 15h47
  • |
  • |
  • |
  • |


Les spécialistes du cancer parlent de l’effet Angelina Jolie. Depuis que l’actrice américaine a révélé en mai 2013 avoir subi une double mastectomie en prévention d'une forme de cancer du sein auquel son patrimoine génétique l’exposait, les consultations d’oncogénétique ne désemplissent plus. Grâce à la médiatisation de cette démarche, de nombreuses femmes nées dans des familles à risque ont osé franchir le pas et faire le test génétique pour savoir si elles sont porteuses des mutations des gènes BRCA 1 ou 2 exposant à un risque de cancer du sein dans 40 à 80 % des cas.
Un effet à court terme ? Pas vraiment, car même plus d'un an après la révélation de l'actrice américaine, les femmes continuent à se soucier de cet aspect là de leur santé.

Le nombre de tests génétiques a doublé (USA, UK)
En effet, dans une étude présentée il y a quelques jours au congrès de la Société américaine d’oncologie, des chercheurs ont comparé le nombre de tests effectués six mois avant la révélation de l’opération de l’actrice, et après celle-ci, dans un centre académique canadien situé en Ontario.
Résultat : le nombre de femmes qui ont consulté pour un test génétique a augmenté de 85 %, conduisant à une augmentation du nombre de test réalisés de 99 %.

De plus, ce phénomène est aussi observé au Royaume-Uni. Selon une étude publiée dans la revue Breast Cancer Research, là-bas, les tests génétiques et les dépistages du cancer du sein ont plus que doublé au cours des mois suivants l'annonce d'Angelina Jolie (juin et juillet 2013). D'après cette nouvelle recherche menée sur des bases de données britanniques (12 cliniques et 9 centres de génétique britanniques), les généralistes seraient même submergés de questions autour de ce sujet lors de leurs consultations. 

Des stratégies de prise en charge moins redoutées

Plus intéressant encore, cette augmentation des tests s'est confirmée tout au long de l’année suivant l'annonce de l'actrice américaine. Les chercheurs pensent donc que cet effet va se poursuivre.
Pour expliquer cela, Gareth Evans du Saint Mary's Hospital de Manchester (principal auteur de l'étude) confie qu'Angelina Jolie est « le symbole d’une femme forte contrôlant sa vie avec brio. Le fait qu’une telle personnalité annonce publiquement sa décision a donné du courage aux femmes », précise-t-il.

De plus, ce chercheur explique que « la médiatisation autour du dépistage du gène BRCA1 s’est également améliorée avec cet événement. » Selon lui, beaucoup de femmes n’avaient jamais entendu parler de ce test avant l’annonce de l’actrice.
Par ailleurs, avant, la double mastectomie était vue comme une modification du corps qui faisait perdre la féminité. « En voyant Angelina Jolie continuer à assumer son rôle de mère et d’actrice tout en restant une femme désirable, les craintes liées à cette ablation préventive de la poitrine ont (en partie) disparues », pense ce scientifique.

Enfin, l'an dernier Angelina Jolie a aussi révélé la mort de sa mère à l’âge de 56 ans à cause d’un cancer du sein.  « Les femmes du monde entier ont donc pris conscience de l’importance des prédispositions familiales et toutes celles dont les antécédents peuvent montrer des signes de cancers sont plus disposées à aller faire le test de dépistage », conclut Gareth Evans.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité