Publicité

MIEUX VIVRE

Journée internationale des droits des femmes

Caroline Raquin : le combat d'une sage-femme en colère

Pour la Journée des droits des femmes, pourquoidocteur dresse le portrait de Caroline Raquin. La chef de file des sages-femmes se bat pour obtenir la reconnaissance de cette profession.

Caroline Raquin : le combat d'une sage-femme en colère Signature par C. Raquin du manifeste de "Gynécologie Sans Frontières", contre les violences faites aux femmes/Capture d'écran : compte Twitter de l'ONSSF

  • Publié 08.03.2014 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


« Ce qui a mis le feu aux poudres, c'est lorsqu'on nous a reçu au ministère de la Santé pour nous dire qu'on nous accordait au final un atelier de périnatalité dans la loi de santé publique 2014, et qu'au départ nous n'étions même pas prévues dans cette loi. A cet instant, toutes les sages-femmes présentes à la réunion se sont regardées et ont pensé : "ah oui, nous sommes vraiment invisibles aux yeux des pouvoirs publics". Mais pourquoi pas un atelier de couture ! »

Caroline Raquin se souvient avec une certaine amertume de cette anecdote. Sage-femme à la maternité Louis-Mourier (Colombes, 92), elle est à la tête d'un Collectif (1) regroupant nombre de ses consoeurs en grève depuis maintenant 5 mois. Leur bataille, obtenir le statut de praticien hospitalier. En filigrane, la reconnaissance de la place des sages-femmes à l'hôpital.

La chef de file de ce mouvement, qui touche aujourd'hui encore 70 % des maternités françaises, nous a confié que dès le début des réunions avec le ministère, elles avaient compris qu'elles n'obtiendraient pas ce statut médical.
Ces professionnelles de santé sont  toujours considérées comme des paramédicales. Alors, à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, la mise en lumière du combat de Caroline Raquin et des grévistes est emblématique de celui d'autres qui, allleurs dans le monde du travail, aspirent à une meilleure considération. Pour elle, ce « combat est celui  d'une profession, mais pas seulement ». C'est aussi « celui des femmes et de leurs futurs enfants », précise-t-elle. « Sage-femme, c'est un métier pas comme les autres, nous donnons la vie, donc respectez-nous », dit-elle avec force. 


« On ne s'ennuie jamais »

Ce franc-parler, elle le doit sans doute à ses origines. Caroline Raquin est née en Saône-et-Loire (Bourgogne) à la maternité de Paray-le-Monial (71), « où d'ailleurs les sages-femmes sont en grève depuis le mois d'octobre », fait-elle remarquer. Comme elle se plaît à le souligner, elle n'est pas issue du monde médical, mais plutôt d'un milieu rural et d'ouvriers. Le père a travaillé 40 ans chez Renault. « Un homme investi dans sa vie d'ouvrier qui a connu les grosses grèves et les fermetures d'usines difficiles, comme celle de Boulogne-Billancourt en 1989. »

Après le bac, Caroline n'avait pas choisi ce métier. Un DEUG de biologie en poche, elle se lance dans des études de sages-femmes, une profession déjà à l'époque largement méconnue. « Mais cela va changer », rétorque-t-elle immédiatement. C'est après une rencontre avec sa cousine éloignée qui exerce cette profession qu'elle décide enfin de se lancer dans cette carrière « médicale ». 
Et dès le début de son cursus, cette profession lui plaît. Entre les stages et des cours intensifs, elle se passionne pour cette spécialité qu'est la grossesse. « On fait plein de choses : des prescriptions, du suivi de grossesse... La variété de ce métier dans toutes ses formes m'a aussi attiré comme par exemple la possibilité de pouvoir s'installer en libérale ou de travailler à l'hôpital. Au final, avec les salles d'accouchement, les services de consultation, ou ceux des grossesses à risque pour la surveillance des femmes à problèmes, on ne s'ennuie jamais », confie-t-elle.

Pour débuter sa carrière, elle décide après quatre années d'études difficiles à l'école de sages-femmes (Hôpital Foch de Suresnes, 92) d'intégrer l'hôpital de Nanterre, une maternité de niveau 1, où elle estime avoir tout appris. « Je pensais m'ennuyer, mais c'est là, en niveau 1, que tout se passe. Dans cette ville du 92, où vit une population défavorisée, les hospitaliers ont beaucoup d'urgences vitales à gérer, j'ai appris à me surpasser. Mais à côté du stress et de la pression, il y avait aussi une petite structure de maternité où les sages-femmes avaient le temps de s'occuper des femmes. « La base de notre métier, et la seule chose qui compte à nos yeux. »

« Je suis allée chez les plus accueillants »
Dès cette époque, Caroline Raquin aime travailler en toute autonomie avec les autres professionnelles. Fidèle à sa vision du métier qui souhaiterait faire des sages-femmes un praticien de 1er recours dans le suivi des grossesses non pathologiques.
L'engagement syndical viendra plus tard en 2009 après dix ans d'exercice. Elle adhère à l'ONSSF (2), un organisme qui représentait il y a peu encore 7 % des
20 000 sages-femmes, mais qui a connu cette année, grâce à l'ampleur du mouvement initié par le Collectif, une bellle augmentation de ses effectifs (10-15 % des sages-femmes d'après les dernières estimations de Caroline Raquin).
C'est à l'occasion d'un précédent mouvement de grève des sages-femmes, il y a 5 ans, qui s'était organisé pour venir en aide aux libérales, qu'elle se décide enfin à s'engager. « A l'époque, c'était le seul syndicat qui acceptait celles d'entre nous qui  étaient hospitalières. Donc je suis allée chez les plus accueillants au final », dit-elle avec un brin d'ironie. Jusqu'à en devenir sa présidente !
Pour justifier cet engagement tardif, Caroline Raquin confie aussi qu'elle a voulu d'abord bien comprendre le rôle des sages-femmes dans le système de santé et le fonctionnement des maternités. Preuve de cette envie d'apprendre et de sans cesse s'améliorer, elle a passé récemment, il y 3 ans, un Master 2 Echographie au CHU de Necker. « C'est valorisant, c'est intéressant, et en plus, grâce à ça, les médecins nous respectent encore davantage. »

« Maintenant ça va changer »
Malgré ces preuves de compétences des sages-femmes, la hiérarchie reste encore trop établie et immuable à l'hôpital, selon elle. « Avec un patriarcat très présent, et où le docteur, souvent un homme, est tout en haut de la pyramide. Les sages-femmes, elles, sont tout en bas de l'échelle. Après nous, c'est les non-médicaux et le personnel administratif. » Ce sentiment d'être sans cesse dévalorisées, plus un salaire peu élevé au vu des responsabilités, ont fini de convaincre cette femme, et d'autres, sur l'importance de changer les choses. 
« Un matin, on se lève et on se dit : "Maintenant ça va changer", et demain ne sera plus jamais comme avant. Marre de subir sans rien dire. » Ensuite, tout est allé très vite. Dès les premiers jours du mouvement, les communiqués de presse confirment l'ampleur de la mobilisation, si bien que rapidement la moitié des maternités sont en grève. Et les grandes radios et chaînes de télévision nationales leurs tendent les micros. Au pic de cette révolte, jusqu'à 90 % des maternités ont été en grève. Peut-être le début de la reconnaissance se disent-elle. Jusqu'à la division entre le Collectif et les sages femmes de l'intersyndicale CGT, CFDT, FO, Sud et Unsa, qui elles souhaitent rester dans la fonction publique hospitalière. Plus influentes, plus proches des hautes instances, ces dernières remportent finalement la bataille. Mais Caroline Raquin n'est pas femme à abandonner et ne lâchera rien. « Je vous l'assure, vous allez encore entendre parler de nous », conclut-elle. 

(1) ONSSF, CNSF, ANSFC, ANESF, CNEMa, CFTC santé sociaux 

(2) Organisation Nationale Syndicale des Sages-Femmes



Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité