Publicité

MIEUX VIVRE

3 millions de patients en France

Apnée du sommeil : des effets plus graves chez les femmes

Une étude américaine montre que les femmes atteintes d’apnée du sommeil ont plus de risques de souffrir de problèmes de santé graves, tels que des problèmes cardiaques.

Apnée du sommeil : des effets plus graves chez les femmes POUZET/SIPA

  • Publié 28.10.2013 à 18h27
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors qu’en France, environ 3 millions de personnes souffrent d’un syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS), une nouvelle étude publiée dans la revue Plos One précise les risques encourus par les personnes atteintes par cette pathologie.     « Nous savons maintenant que l'apnée du sommeil est un précurseur de problèmes de santé plus importants. Et pour les femmes en particulier, les conséquences peuvent être mortelles » explique le Dr Paul Macey, auteur principal de cette étude. Ce médecin précise également que les femmes atteintes paraissent la plupart du temps en bonne santé. « Les femmes souffrant d'apnée obstructive du sommeil ont souvent par exemple, une pression artérielle au repos normale. Leurs symptômes ont donc tendance à être plus subtils, ce qui signifie que leur problème de sommeil est souvent manqué par les médecins et elles obtiennent malheureusement un mauvais diagnostic » précise t-il.

 

Le système nerveux autonome légèrement déficient

Dans cette étude menée par l’Université de Californie à Los Angeles, les auteurs ont recruté 94 volontaires hommes et femmes : 37 personnes venant d’être nouvellement diagnostiqués SAOS et 57 volontaires sains pour agir comme témoins dans cette analyse.

Tous ont été soumis à différentes épreuves physique, afin d’observer comment leur rythme cardiaque répondait. Ils ont par exemple tous été invités à effectuer la manœuvre de Valsalva qui consiste à expirer tout en gardant la bouche fermée, mais aussi à insérer leur pied droit dans de l’eau quasiment gelé durant une minute.
Résultat, les réponses autonomes de l'organisme, qui contrôlent normalement la pression artérielle, la fréquence cardiaque ou encore la transpiration, ne semblent pas fonctionner de façon optimale chez les personnes atteintes obstructive l'apnée du sommeil. Les réponses de la fréquence cardiaque « ont été de plus faible amplitude chez les patients atteints de SAOS. De même, les changements de vitesse de celle-ci ont été plus lents chez eux par rapport aux volontaires sains » confient les auteurs.

 

Les femmes encore plus à risque

Par ailleurs, les chercheurs ont également montré que ces déficiences étaient encore plus marquées chez les femmes« Les résultats de fréquence cardiaque obtenus pour ces tests montrent que l'impact de l'apnée du sommeil, est mauvais chez les hommes, mais encore plus sévère chez les femmes. Cela peut signifier que les femmes sont plus susceptibles de développer des symptômes de maladie cardiaque, ainsi que d'autres conséquences d'une mauvaise adaptation à des tâches physiques quotidiennes », précise Paul Macey.
L’étude conclut donc que la population féminine devrait bénéficier d’une détection et d’un traitement plus précoces de l’apnée du sommeil afin de les protéger contre les dommages induits par cette pathologie sur le cerveau et les autres organes.

L'équipe a l'intention d'étudier si les traitements du SAOS, comme la pression positive continue, une machine qui aide les patients à respirer plus facilement pendant leur sommeil, contribuent à améliorer les réponses autonomes de l’organisme .

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité