Publicité

QUESTION D'ACTU

Agence de sécurité du médicament

La pénurie de Lévothyrox est terminée

Après des difficultés d'approvisionnement de cet été, l'ANSM annonce la remise à disposition quasi-normale du Lévothyrox en pharmacie. 

La pénurie de Lévothyrox est terminée DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 15.11.2013 à 18h55
  • |
  • |
  • |
  • |


La pénurie de Lévothyrox est terminée ! Prescrit à 3 millions de Français pour réguler leur thyroïde, ce médicament était ,en effet, menacé de rupture de stock depuis le mois d'août. Mais cette semaine, l'Agence de sécurité du médicament (ANSM) a annoncé la remise à disposition quasi-normale du traitement de Lévothyrox dans les pharmacies françaises.

La pénurie due à un accroissement de la demande
L'ANSM avait signalé fin juillet et début août des « tensions d'approvisionnement » sur tous les dosages de Lévothyrox, en raison d'un accroissement général de la demande. La capacité de production actuelle du laboratoire fabricant Merck Serono ne permettait plus de répondre à l'ensemble des besoins. De leur côté, les laboratoires de génériques (Teva et Biogaran) avaient cessé la production de ce médicament. Pour assurer la continuité du traitement des patients, l'Agence du médicament avait mis en place dans l'urgence et avec diffculté un plan de substitution. 


Une susbstitution problématique
En effet, le Lévothyrox est l'un des très rares médicaments « à marge thérapeutique étroite », dont la substitution par un générique n'était jusqu'à présent pas recommandée par les autorités sanitaires. Toute variation de sa concentration dans l'organisme, même légère, pouvant entraîner des effets indésirables. L'ANSM avait même reconnu, à l'époque, qu'une substitution pouvait entraîner « un déséquilibre transitoire » des taux d'hormones thyroïdiennes. Elle invitait donc les patients sous traitement à voir leur médecin traitant dans les 3 à 6 semaines suivant la délivrance du produit pour qu'il « s'assure du maintien de l'équilibre thérapeutique ».
Malgré ces craintes l'Agence avait autorisé, « l'équivalent du Lévothyrox, vendu en Italie », a faire son entrée dans les pharmacies françaises. Il s'agissait de l'Eutirox.

La laboratoire a revu son mode de fabrication
Afin que ce problème ne se reproduise plus, Merck Serono avait fait part de son intention d'augmenter ses cadences de production en Lévothyrox et de faire appel à des sous-traitants spécialisés dans le conditionnement du produit. 
Le laboratoire indiquait ainsi avoir mis en place une production continue 24h/24 et 7 jours/7 sur son site de fabrication allemand. De plus, un système de dépannage d’urgence a été mis en place grâce à un numéro vert dédié, que les pharmaciens pouvaient  appeler pour s’approvisionner directement. Et toutes ces mesures ont visiblement été efficaces. 

Contacté par l'Agence Presse Médicale mercredi, un porte-parole de la société a indiqué que « les mesures imaginées par Merck Serono, notamment pour augmenter ses capacités de production, ont été mises en place dans les temps sans accroc. Le planning des livraisons en Lévothyrox a été scrupuleusement respecté, ce qui a permis la fin de la pénurie. »
Résultat, le retour à la normale concerne tous les dosages disponibles en ville et à l'hôpital. Fin de l'alerte !




Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité