• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Examen clinique

Covid-19 : les généralistes déconseillent la téléconsultation

Le Collège de la Médecine Générale (CMG) estime que la Covid-19 nécessite de vraiment voir son médecin généraliste, car la seule téléconsultation est insuffisante. 

Covid-19 : les généralistes déconseillent la téléconsultation fizkes / istock.

  • Publié le 16.04.2021 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le cap symbolique des 100 000 morts liés à l'épidémie de coronavirus en France a officiellement été dépassé.
  • Le gouvernement maintient l'objectif de rouvrir les lieux de culture, les restaurants et les commerces à la mi-mai.

Face au boom de la téléconsultation, "la consultation présentielle doit être privilégiée pour les patients atteints de la Covid-19", estime le Collège de la Médecine Générale (CMG).

La Covid-19 peut entraîner une détérioration rapide de l'état de santé, tout particulièrement dans les 6 à 12 jours après son apparition, et cela même lorsque les symptômes initiaux sont légers. Pour prévenir ce risque, le Collège de la Médecine Générale a contribué à la rédaction des deux réponses rapides de la Haute Autorité de Santé, qui réaffirment la place fondamentale des médecins généralistes pour dépister l'aggravation des patients diagnostiqués positifs à la Covid-19.

2020 a été l’année de l’explosion de la téléconsultation

Ces avis rappellent le danger de l'hypoxie sans essoufflement, qui justifie la nécessité d'une évaluation médicale par un examen clinique et doit favoriser la consultation présentielle. "Cette surveillance constitue un enjeu tout particulier pour les patients à risque de formes graves, qui peuvent maintenant bénéficier d'une surveillance renforcée par un oxymètre de pouls (ou saturomètre) prescrit par un médecin", précisent les généralistes.

Avec 19 millions d’actes remboursés par la Sécu, 2020 a été "l’année de l’explosion" de la téléconsultation. Avant l’épidémie, l’Assurance maladie recensait à peine 320 000 actes en 18 mois depuis le début du remboursement en septembre 2018. Pour le Conseil National de l'Ordre des Médecins (CNOM), "la prise en charge de patients, exclusivement en téléconsultation, porte atteinte aux exigences déontologiques de qualité, de sécurité et de continuité des soins".

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité