• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

HRV-16

Comment le virus du rhume peut protéger de la Covid-19

Une nouvelle étude de l’université de Glasgow montre comment un simple virus du rhume peut empêcher le SARS-CoV-2 d’infecter l’organisme en bloquant sa réplication dans les cellules des voies respiratoires.

Comment le virus du rhume peut protéger de la Covid-19 Rost-9D/iStock

  • Publié le 27.03.2021 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les recherches, menées in vitro sur des cellules épithéliales humaines, montre que le rhinovirus HRV-16, bloque la réplication du SARS-CoV-2 lorsqu'il est inoculé 24 heures avant.
  • Dans le cas où le SARS-CoV-2 est le premier virus à infecter les cellules, l'inoculation du HRV-16 fait baisser fortement sa charge virale.

Et si le meilleur traitement contre la Covid-19 était… un simple rhume ?

C’est la conclusion à laquelle sont parvenus des chercheurs du Centre de recherche sur les virus l’université de Glasgow (Écosse). Dans une étude publiée dans Journal of Infectious Diseases, ils montrent que le rhinovirus humain 16 (HRV-16) empêche le SARS-CoV-2 de se répliquer et donc d’infecter un sujet quand il est présent avant lui dans les cellules de l'épithélium respiratoire.

Une diminution de la charge virale quand le rhume infecte l’organisme

Les rhinovirus sont les virus respiratoires les plus répandus chez l’humain. Responsables du rhume, de la rhinopharyngite ou encore de la rhinite, ils circulent abondamment au sein de la population durant les mois d’hiver et peuvent, d’après la modélisation empêcher d’autres virus d’infecter eux aussi l’organisme. "Nos recherches montrent que le rhinovirus humain déclenche une réponse immunitaire innée dans les cellules épithéliales respiratoires humaines qui bloque la réplication du virus Covid-19", explique le Dr Pablo Murcia, du Centre de recherche sur les virus de l’université de Glasgow.

Les chercheurs ont cultivé en laboratoire des cellules épithéliales humaines pour simuler la paroi des voies respiratoires. Ces cellules ont ensuite été infectées suivant deux scénarios : d’abord avec le SARS-CoV-2 infectant en premier les cellules, suivi du rhinovirus HRV-16 24 heures plus tard, et ensuite l’inverse.

Ils ont alors constaté que lorsque le SARS-CoV-2 était le premier "intrus" à infecter l’organisme, sa réplication se déroulait normalement jusqu’à l’ajout du HRV-16 : sa quantité de virions, c’est-à-dire les particules contenant l’ARN viral, diminue, tandis que celle du HRV-16 augmente fortement jusqu’au troisième jour. Cette charge virale diminue alors progressivement.

Le HRV-16 bloque la réplication du SARS-CoV-2

Lorsque le HRV-16 est le premier virus à infecter les cellules, il bloque tout simplement le SARS-CoV-2 lorsqu’il est introduit. Le coronavirus n’arrive pas à se répliquer, et n’est plus détectable 24 heures après avoir été inoculé.

Pour les chercheurs, ces résultats montrent que la présence du HRV-16 bloque bien la réplication du SARS-CoV-2, mais que le coronavirus n’empêche pas l’infection au rhinovirus.

"Cela signifie que la réponse immunitaire causée par des infections bénignes et courantes par le virus du rhume pourrait fournir un certain niveau de protection transitoire contre la Covid-19, bloquant potentiellement la transmission du SARS-CoV-2 et réduisant la gravité de la Covid-19", analyse le Dr Murcia.

Ce dernier explique que la prochaine étape des travaux consistera à "étudier ce qui se passe au niveau moléculaire lors de ces interactions virus-virus, pour mieux comprendre leur impact sur la transmission de la maladie", puis "utiliser ces connaissances à notre avantage, en développant, espérons-le, des stratégies et des mesures de contrôle des infections à Covid-19".

Le Dr Murcia précise toute qu’"en attendant, la vaccination est notre meilleure méthode de protection contre la Covid-19".

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité