• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Coronavirus

Série traitements Covid-19 : à l’Institut Pasteur de Lille, des résultats encourageants sur le repositionnement d'une molécule existante

Cette semaine, Pourquoi Docteur s’intéresse aux traitements développés en France contre la Covid-19. Moins rapide que pour les vaccins, la recherche avance malgré tout et plusieurs médicaments vont être bientôt disponibles. Focus aujourd’hui sur le repositionnement d’une molécule existante -tenue secrète- par l’institut Pasteur de Lille et la biotech Apteeus pour diminuer la charge virale des patients. Après des premiers résultats très encourageants, l’étude n’a pas reçu le label “priorité nationale” délivrée par la plateforme gouvernementale Capnet, mettant un temps d’arrêt aux essais en cours.

Série traitements Covid-19 : à l’Institut Pasteur de Lille, des résultats encourageants sur le repositionnement d'une molécule existante Gilnature/iStock

  • Publié le 10.03.2021 à 11h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans l’ombre des vaccins, les traitements contre la Covid-19 constituent l’autre clé pour affronter la pandémie. Olivier Véran a récemment, et pour la première fois, présenté deux “traitements qui donnent l’espoir de pouvoir traiter la maladie” : les interférons et les anticorps monoclonaux. La recherche française avance sur plusieurs traitements potentiels qui pourraient bientôt être commercialisés. Terence Beghyn est président fondateur d’Apteeus, une biotech qui travaille en partenariat avec l’institut Pasteur de Lille sur le repositionnement d’une molécule existante qui ferait baisser la charge virale.

- Comment ça marche ?

C’est un médicament qui a une activité antivirale donc l’objectif est de diminuer la charge virale du patient. Il altère la réplication du virus dans les cellules. Quand une personne infectée développe des symptômes, c’est que la charge virale est très élevée. Comme avec un antibiotique, on aide l’organisme à lutter contre le pathogène et donc plus on réduit vite la charge virale du patient plus l’organisme va pouvoir lutter efficacement contre cet agent.

Nous ne préférons pas dévoiler le nom de la molécule pour des raisons de sécurité. Étant donné qu’elle est disponible sur le marché, nous ne voulons pas que les gens se ruent pour l’acheter alors que nous n’avons pas encore les résultats des essais cliniques. Au bout de l’essai clinique de phase 3, nous serons si c’est efficace ou pas et nous pourrons alors dévoiler son identité.”

- Pour qui ?

Pour être le plus efficace, le traitement doit être donné au patient dès que ses symptômes se déclenchent. Notre médicament vise d’abord ceux qui sont à risques de développer des formes graves de la maladie, c’est-à-dire soit parce qu’ils sont âgés soit parce qu’ils ont une comorbidité. Dans nos essais cliniques, tous les patients que nous avons recrutés ont plus de 50 ans.

Il n’est pas certain que ce médicament fonctionne contre les Covid longs mais étant donné que ceux-ci sont provoqués par une forte charge virale, on peut espérer que le traitement sera bénéfique et permettra de les réduire. Sur les variants, les expériences menées jusqu’ici indiquent qu’il sera actif sur tous ceux qui circulent actuellement.”

- Où en est l’étude ?

Nos premiers résultats ont montré une diminution drastique de la charge virale. Les premiers résultats ont été obtenus chez des animaux qui sont des modèles plutôt fidèles à l’Homme. Pour l’étape suivante, nous souhaitons mener l’essai sur un peu moins de 500 patients mais nous avons été un peu freinés par Capnet et son conseil scientifique. On a fait une demande pour recevoir le label ‘priorité nationale’ qui facilité le recrutement de patients mais nous ne l’avons pas reçu sans trop comprendre pourquoi. Ce médicament est bien connu et les risques, notamment les effets secondaires, ont déjà été évalués et sont faibles et maîtrisés. La balance bénéfice/risque est très élevée donc on ne comprend pas cette décision puisque le conseil scientifique de Capnet a donné un avis qui va dans notre sens. On espère maintenant retravailler sur notre dossier pour obtenir ce label et pouvoir accélérer les procédures.”

- Pour quand ?

Notre problème c’est que plus nous attendons plus ce recrutement devient difficile puisque la population visée par notre traitement est la plus âgée et que celle-ci a commencé à être vaccinée. Si on ne démarre pas tout de suite, cela va prendre 6 à 9 mois au lieu de 3 mois avec ce label. On espère pouvoir terminer les essais cliniques pour la fin de l’été, le début de l’automne.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité