• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Coronavirus : le calendrier vaccinal des nourrissons ne doit pas être interrompu

L'Académie de médecine alerte sur la diminution du nombre de vaccinations des nourrissons depuis le début du confinement. 

Coronavirus : le calendrier vaccinal des nourrissons ne doit pas être interrompu Scyther5/iStock

  • Publié le 02.05.2020 à 16h00
  • |
  • |
  • |
  • |


La crise sanitaire a entrainé une forte diminution des vaccinations des bébés, alerte l'Académie nationale de médecine dans un communiqué.

Alors que 11 vaccins ont été rendus obligatoires pour les enfants nés à partir du 11 janvier 2018 et que cette mesure s'est révélée efficace contre l’hépatite B et contre les méningites, réduisant significativement l’incidence des infections invasives à méningocoque C chez le jeune nourrisson, la pandémie a interrompu cette évolution positive. 

Les vaccins en baisse en France

De nombreux parents ont annulé les rendez-vous de vaccination pour leurs nourrissons ainsi que pour leurs enfants plus âgés, fait remarquer l'Académie nationale de médecine. La crainte de la contagion dans les salles d’attente, les doutes sur les effets de la vaccination sur l’immunité en période pandémique, puis le confinement, ont entrainé une forte diminution des vaccinations, principalement chez les nourrissons.”

Selon le rapport d’EPI-PHARE sur l’usage des médicaments en période épidémique, les vaccins penta et hexavalents destinés au nourrisson auraient subi une baisse de 23% et les délivrances des vaccins ROR et HPV auraient chuté de 50 à 70% au début du confinement.

Les risques d'un retard dans le calendrier vaccinal

Les nourrissons doivent impérativement être vaccinés dès le 2 mois, afin d’acquérir le plus tôt possible une protection efficace contre des maladies fréquentes et graves à cet âge, en particulier la coqueluche et les infections bactériennes invasives (septicémies et méningites) à Haemophilus influenzae b, à méningocoque et à pneumocoque”, martèlent les médecins.

Pour rappel, la coqueluche est une maladie contagieuse se caractérisant par des germes qui se logent dans la gorge et les poumons. Elle provoque une forte toux en raison du mucus qui encombre les voies respiratoires. Les bébés peuvent avoir des convulsions et/ou dans certains, sombrer dans le coma.

Tout retard dans le calendrier vaccinal pourrait exposer chaque bébé à “un risque de contracter ces graves maladies du fait d’un retard dans l’acquisition d’une protection vaccinale individuelle” et “l’ensemble de la population infantile au risque d’une recrudescence épidémique de rougeole et d’infections bactériennes invasives par diminution des couvertures vaccinales et de la protection collective qu’elles garantissent”.

A ce titre, l'Académie de médecine émet plusieurs recommandations : 

– de reprendre le plus rapidement possible les consultations consacrées aux examens obligatoires avec vaccination des deux premières années de vie, en respectant les étapes prévues au calendrier vaccinal ;

– de rattraper au plus tôt les retards de vaccination des nourrissons qui ont été accumulés ;

– de ne jamais différer les rendez-vous de vaccination et d’organiser des plages de rendez-vous permettant de dissocier les consultations d’enfants malades et les examens systématiques pour vaccination ;

– de rassurer les parents sur le fait que les mesures barrière et l’hygiène sont assurées dans les cabinets et les PMI : salle d’attente aménagée, admission d’un seul parent par enfant, surfaces désinfectées, port de masques et usage de solutions hydro-alcooliques ;

– pour les enfants âgés de 5 ans et plus, de reporter les rendez-vous de vaccination à la fin du confinement, en maintenant les mêmes mesures barrière.

Publicité
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité