Publicité

QUESTION D'ACTU

Principe de précaution

Les “vieux” téléphones portés près du corps émettent trop d’ondes

Selon un rapport de l’Anses, certains téléphones mis sur le marché avant 2016 pourraient être dangereux pour notre santé, en particulier lorsqu’ils sont portés près du corps. En cause : la quantité d’ondes émises par ces appareils, et qui peuvent avoir des effets néfastes sur l’activité cérébrale.

Les “vieux” téléphones portés près du corps émettent trop d’ondes Devenorr/iStock

  • Publié 22.10.2019 à 20h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Si vous être le ou la propriétaire d’un smartphone, sans doute avez-vous pris l’habitude de le ranger dans la poche de votre jean, de votre veste, ou dans votre sac à hauteur du tronc.

Ce n’est pourtant pas recommandé, si l’on en croit un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) rendu public lundi 21 octobre.

Selon ses auteurs, les téléphones portables et smartphones mis en vente avant 2016 sont susceptibles d’émettre trop d’ondes par rapport aux normes les plus récentes lorsqu’ils sont portés près du corps. Ce qui, à terme, peut avoir des effets néfastes sur la santé.

Des "effets biologiques sur l’activité cérébrale"

“La durée moyenne d'usage d'un téléphone étant de quelques années (3-5 ans), un certain nombre de ces téléphones sont vraisemblablement toujours utilisés aujourd'hui”, explique ainsi à l’AFP Roger Genet, directeur général de l’Anses.

En cause, selon l’agence sanitaire : le débit d’absorption spécifique (DAS), qui permet d’évaluer la quantité d’énergie absorbée par le corps exposé aux ondes. Dans le cas de ces anciens modèles, elle dépasse aisément la valeur de 2 watts par kilo (W/kg) fixé par la réglementation d’avril 2016.

L’Anses a passé en revue les conclusions de 57 études menées sur des rongeurs exposés à un DAS supérieur à 2W/kg et en a conclu qu’il existait des “effets biologiques sur l’activité cérébrale”. L’agence précise toutefois que les “éléments de preuve sont limités” et ne confirme pas “d’effets sur d’autres fonctions biologiques spécifiquement associées à des expositions au niveau du tronc.”

Transporter son téléphone ailleurs que près du corps

Dans l’attente de nouveaux éléments de preuves sur les “les éventuels effets sanitaires à long terme”, l’Anses estime qu’il est nécessaire d’appliquer un principe de précaution et donc de ne plus transporter son téléphone trop près du corps.

Elle recommande par ailleurs que “des mesures soient prises afin que les utilisateurs ne soient plus exposés à des DAS supérieurs à 2 W/kg, par exemple par le biais de mises à jour des logiciels de téléphones (ou) le rappel de téléphones.” Elle souhaite aussi durcir davantage la réglementation sur l’émission des ondes “afin que les mesures (…) du ‘DAS tronc’ des téléphones mobiles soient effectuées au contact du corps.”

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité