Publicité

QUESTION D'ACTU

Imbroglio judiciaire

Tests de dépistage du cancer colorectal : une mesure d'urgence pour pallier la pénurie

L’Assurance maladie prend une mesure d’urgence pour pallier la pénurie des tests de dépistage du cancer colorectal.

Tests de dépistage du cancer colorectal : une mesure d'urgence pour pallier la pénurie Mohammed Haneefa Nizamudeen / istock.

  • Publié 11.05.2019 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


En raison d’un imbroglio judiciaire, les tests de dépistage du cancer colorectal sont en rupture de stock dans plusieurs régions de France. Pour remédier au problème, l'Assurance maladie a indiqué 10 mai vendredi avoir conclu un "marché transitoire de fourniture de kits de dépistage" du cancer colorectal, une "mesure d'urgence" censée garantir la continuité de ce programme de santé publique.

Contrat annulé

"Les livraisons de kits aux professionnels de santé et aux centres régionaux de coordination et de dépistage des cancers reprendront à partir du 21 juin", a expliqué l'organisme dans un communiqué. "Le dispositif de commandes en ligne" sera quant à lui réactivé "dès la fin du mois de mai", est-il précisé.

Le laboratoire Cerba, censé gérer ce marché, a vu son contrat annulé début avril par le juge des référés du tribunal administratif de Paris. Trois groupements d'entreprises concurrents l’avaient saisi, en raison de manquements aux "obligations de publicité et de mise en concurrence".  L'Assurance maladie, qui conteste cette décision, "a introduit un pourvoi en cassation devant le Conseil d'État". Elle a aussi relancé, "à titre conservatoire, une nouvelle procédure d'appel d'offres", qui "devrait aboutir d'ici la fin de l'année".

Un test indolore

Gratuit, le dépistage organisé du cancer colorectal s'adresse depuis 2009 aux personnes âgées de 50 à 74 ans. Récemment promu par l’opération "mars bleu", c’est un test indolore que l’on peut réaliser à domicile. Il vise à repérer des polypes (petites lésions) et de les retirer avant qu'ils n'évoluent en cancer.  

Le dépistage du cancer colorectal est encore très insuffisant, selon Santé Publique France. Les dernières données pour la période 2017-2018 montrent que seuls 32,1% des hommes et des femmes de 50 à 74 ans qui devraient faire cette démarche y participent. Le taux de participation était de 33,5 % pour la période 2016-2017 et de l’ordre de 31-32% pour les périodes antérieures, des chiffres très inférieurs au repère européen de 45%.

Le cancer colorectal est l’un des cancers les plus fréquents et les plus meurtriers. En 2018, cette pathologie a touché environ 43 000 personnes (23 000 hommes et 20 000 femmes) et provoqué 17 000 décès (9 000 hommes et 8 000 femmes). Alors que détecté tôt, le cancer colorectal peut être guéri dans 9 cas sur 10.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité