Publicité

QUESTION D'ACTU

Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes…

Gastro-entérite : les infections repartent à la hausse

Après une accalmie lors des vacances de la Toussaint, la gastro-entérite reprend sa circulation. L’épidémie n’est pas déclarée, mais elle est proche.

Gastro-entérite : les infections repartent à la hausse belchonock/epictura

  • Publié 17.11.2016 à 18h25
  • |
  • |
  • |
  • |


L’automne ne réussit visiblement pas aux Français. Les pluies régulières, le temps maussade et les chaud-froid ont fini par avoir raison de leur santé. Après un léger recul, la gastro-entérite repart à la hausse. Dans un bulletin dédié, Santé Publique France souligne que l’activité reste supérieure à celle observée lors des années précédentes. Sans pour autant atteindre le seuil épidémique.

En France métropolitaine, 164 cas de gastro-entérite se sont déclarés pour 100 000 habitants. Le pays n’est donc qu’à quelques centaines d’infections de l’épidémie. D’autant que certains foyers éclatent dans des populations particulièrement fragiles. Santé Publique note l’émergence de 24 contaminations collectives, principalement dans des maisons de retraite. C’est peut-être ce qui explique le recours accru aux services d’urgence.

Un creux pendant la Toussaint

L’Institut de recherche pour la valorisation des données de santé (Irsan) donne un ton autrement plus alarmiste. Ses experts dénombrent 339 cas pour 100 000 personnes. Une évaluation largement supérieure aux années précédentes et qui se maintient à un niveau très élevé. L’Île-de-France reste au cœur de la flambée de diarrhées et vomissements. Les régions Auvergne-Rhône-Alpes, la Nouvelle Aquitaine et la Corse sont également durement touchées.


Source : Irsan


La tendance n’est pas rassurante. Après un creux durant les vacances scolaires de la Toussaint, le rythme des infections est reparti à la hausse, et ce de manière soutenue. Voilà qui confirme tout de même une chose : rester chez soi est une bonne manière d’enrayer l’épidémie. Parmi les autres mesures recommandées par Santé Publique France, l’hygiène des mains arrive en tête. Se laver les mains à l’aide d’eau et de savon ou de gel hydroalcoolique est utile aux personnes malades et à leur entourage.

Mais cela ne suffit pas toujours. Dans les structures où l’alimentation est collective, l’entretien soigneux des surfaces est vivement recommandé. En effet, les norovirus et les rotavirus sont connus pour leur forte résistance.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité