Publicité

QUESTION D'ACTU

Verubucestat

Alzheimer : une molécule bloque l'accumulation d'une protéine toxique

La recherche avance dans la maladie d'Alzheimer. Un médicament expérimental a livré des résultats prometteurs chez 32 patients.

Alzheimer : une molécule bloque l'accumulation d'une protéine toxique Andreus/epictura

  • Publié 04.11.2016 à 17h27
  • |
  • |
  • |
  • |


Après la polémique, l’espoir. La dernière édition de Science Translational Medicine se fait l’écho de bonnes nouvelles dans la maladie d’Alzheimer. Un essai clinique de phase I y est publié. Il rapporte des résultats prometteurs pour un traitement expérimental, le verubecestat. Cette molécule parvient à réduire la production de protéine bêta-amyloïde dans l’organisme de patients malades. Le tout sans effet secondaire majeur.

La maladie d’Alzheimer se caractérise par une perte de mémoire progressive et d’autres troubles cognitifs. Les atteintes cérébrales sont de plusieurs natures. L’une d’entre elles se manifeste par l’accumulation d’une protéine, la bêta-amyloïde, en plaques toxiques pour les neurones. Les équipes du monde entier tentent de lutter contre ces agrégats à l’aide de médicaments. Cet essai clinique se concentre sur une molécule spécifique : le verubecestat. Il s’agit d’un inhibiteur de l’enzyme BACE1, nécessaire au développement de la protéine bêta-amyloïde. Il est capable de pénétrer dans le cerveau.

Une molécule peu toxique

Le médicament a été administré à différentes espèces animales, dont le rat et le singe. Des doses très élevées leur ont été données. L’objectif était d’observer l’impact sur l’agrégat de plaques amyloïdes et la survenue d’effets secondaires. Malgré des doses 40 fois supérieures à celles proposées aux volontaires humaines, aucun signe de toxicité n’a émergé. Mais surtout, le taux de protéine bêta-amyloïde a fortement reculé dans le sang et le fluide cérébrospinal des spécimens.

Ce profil de sécurité est une très bonne nouvelle pour les chercheurs. En effet, l’inhibition de la BACE1 s’est montrée très toxique jusqu’ici. Les animaux présentaient des atteintes hépatiques sévères, une dégénérescence neuronale ou encore une démyélinisation des neurones. Un constat suffisant pour décourager des essais plus poussés chez l’être humain.

2 essais en cours

Au vu de ces bons résultats, les auteurs de l’étude ont commencé par tester le verubecestat chez des patients en bonne santé, puis 32 personnes atteintes d’une forme légère à modérée de la maladie d’Alzheimer. Avec une dose de 40 mg, il est possible d’obtenir une réduction presque maximale du taux de bêta-amyloïde. Cela en fait le « premier inhibiteur oral de BACE1 à avancer en essais de phase III », soulignent les signataires.

Sur le plan des effets secondaires, le verubecestat se montre aussi sûr que chez l’animal. Aucun décès lié à la molécule n’est survenu au cours du suivi. Le médicament ne semble pas provoquer d’anomalie du rythme cardiaque. De même, aucun volontaire n’a quitté l’essai à cause d’effets trop lourds. 6 jours après avoir reçu une dose, seul un sujet sain a présenté une éruption cutanée et de l’urticaire d’intensité sévère.

Cet essai de phase 1 ne permet pas d'évaluer l'efficacité clinique de la molécule. Mais ces premiers résultats ont permis d'initier deux études cliniques de phase 3, déjà en cours. Les résultats ne seront pas disponibles avant l'été 2017, a fait savoir le laboratoire Merck dans un communiqué. Il faudra donc encore patienter avant de savoir si le verubecestat est réellement porteur d'espoirs pour les malades d'Alzheimer.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité