Publicité

QUESTION D'ACTU

Ebixa, Aricept, Exelon, Reminyl

Alzheimer : Marisol Touraine dit non au déremboursement des médicaments

La ministre de la Santé veut d'abord mettre en place un protocole de soins avant de parler du déremboursement recommandé par la HAS.

Alzheimer : Marisol Touraine dit non au déremboursement des médicaments Szwarc Henri-POOL/SIPA

  • Publié 26.10.2016 à 19h00
  • |
  • |
  • |
  • |


« Il n'y aura pas de déremboursement dans l'état actuel des choses », a affirmé Marisol Touraine ce mercredi sur RTL. Avec cette déclaration, la ministre de la Santé a écarté la possibilité d'un déremboursement de quatre médicaments anti-Alzheimer recommandé par une commission de la Haute Autorité de Santé (HAS)

La locataire de l'avenue Duquesne a expliqué qu'elle voulait d'abord que soit mis en place « un protocole de soins élaboré par les scientifiques en lien avec les associations de patients ». « Tant que ce protocole de soins ne sera pas élaboré et mis en œuvre, la question du déremboursement ne peut pas et ne doit pas se poser », a-t-elle tranché.

De nombreux effets indésirables  

Pour rappel, quatre médicaments (l'Ebixa, l'Aricept, l'Exelon et le Reminyl) contre cette forme de démence viennent d'être jugés inefficaces et coûteux dans un avis rendu par la Commission de la transparence qui est en charge de l'évaluation des médicaments au sein de la Haute Autorité de santé (HAS). Elle a conclu que le service médical rendu (SMR) par ces molécules était « insuffisant ».

La commission a rappelé, par ailleurs, que ces thérapies ont un impact non négligeable sur les malades. Avec, selon elle, une liste d'effets indésirables qui n'en finit plus : troubles digestifs fréquents, symptômes cardio-vasculaires potentiellement graves, cauchemars, crise d'angoisse, crampes, rhinites...

Même son du cloche du côté de certains médecins, comme le Dr Jean-Paul Hamon, président de la FMF (1). Ce généraliste à Clamart (Hauts-de-Seine) rappelle que d'autres syndicats de praticiens (MG France et l'Union Généraliste) ont aussi, dans le passé, contesté le remboursement par la Sécurité sociale de ces médicaments « inefficaces, voire dangereux ».

Les patients inquiets 

L'avis de la HAS était contestée par de nombreux patients. L'association d'intérêt général LECMA-Vaincre Alzheimer avait dénoncé « la gravité de cette prise de position par la HAS ». 

France Alzheimer, qui regrette de ne pas avoir été auditionnée par cette commission, s’inquiète, elle, d' « un signal négatif et dangereux à toutes les personnes malades qui bénéficient de ces traitements et à toutes celles qui sont engagées dans une démarche de diagnostic ». La ministre de la Santé semble donc avoir entendu ces inquiétudes.

En France, la maladie d’Alzheimer apparaît comme l’un des principaux enjeux nationaux de santé publique. Elle touche 900 000 personnes et 225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Et le pire est à venir, puisqu'une projection annonce 1,3 million d’individus touchés en 2020. 

(1) La Fédération des Médecins de France

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité