Publicité

QUESTION D'ACTU

Un nouveau cas

Ebola : 109 personnes en quarantaine en Sierra Leone

Une centaine de personnes auraient été en contact avec l'étudiante décédée jeudi en Sierra Leone du virus Ebola. 28 sont considérées à haut risque.

Ebola : 109 personnes en quarantaine en Sierra Leone Aurélie Marrier d'Unienv/AP/SIPA

  • Publié 17.01.2016 à 11h15
  • |
  • |
  • |
  • |


En Sierra Leone, 109 personnes - susceptibles d'avoir été en contact avec le nouveau cas d'Ebola - ont été placées en quarantaine, ont annoncé samedi les autorités qui tentent d'empêcher une propagation du virus. "Nous avons jusqu'à présent identifié 109 contacts, dont 28 sont à haut risque, et trois contacts doivent encore être localisés", a déclaré lors d'une conférence de presse un responsable du Bureau de la Sécurité nationale (ONS), Ishmael Tarawally.

Vendredi 15 janvier, un nouveau cas d’Ebola avait été confirmé par l’OMS, moins de 24 heures après la proclamation de la fin de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Selon les autorités sierra-léonaises, le nouveau cas confirmé est une étudiante de 22 ans, Marie Jalloh, décédée dans la ville de Magburaka (nord) le 12 janvier. Toutes les personnes mises en quarantaine habitent dans des localités du nord du pays, sauf une, le père de l'étudiante décédée, qui a été mis à l'isolement à Freetown, la capitale.



Samedi, aucun autre cas n’avait été signalé, a assuré le responsable des services médicaux sierra-léonais.

Le virus subsiste 9 mois dans l’organisme des survivants

La Sierra Leone avait été déclarée exempte du virus Ebola début novembre. Ce nouveau cas illustre à quel point la lutte contre cette épidémie sans précédent - qui a fait touché plus de 28 600 cas, et tué 11 300 personnes - sera longue. L’OMS rappelait jeudi 14 janvier que « le travail n’est pas terminé, des résurgences étant attendues, et que des systèmes de surveillance et d’intervention solides seront déterminants au cours des mois à venir ».

De fait, le virus subsiste dans l’organisme des survivants, notamment dans le sperme où il peut rester quiescent jusqu’à 9 mois. Un risque de contamination secondaire réelle puisque les récents cas au Libéria étaient liés à une transmission d’origine sexuelle. Les investigations menées en Sierra Leone diront comment la jeune femme a pu être infectée. Elles permettront également d'affirmer si au cours de son voyage elle a contaminé des personnes avec qui elle a été en contact.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité