>
Les Symptômes
>
Crampes : un traitement adapté selon la cause et la douleur
Crampes : un traitement adapté selon la cause et la douleur
Publié le 08.02.2019
Mots-clés :
Crampes : un traitement adapté selon la cause et la douleur
© 123RF-Stefano Cavoretto

Les crampes musculaires correspondent à une contraction douloureuse, soudaine et involontaire, d’un ou plusieurs muscles. Si elles sont prolongées ou récidivantes, elles doivent être explorées.

Crampes : QUE FAIRE ?

Que faire en cas de crampe ?

Une crampe peut provoquer une forte douleur. Mais elle peut être rapidement soulagée grâce à quelques gestes simples : il faut étirer puis masser le muscle atteint par la crampe.
S’il s’agit par exemple d’une crampe au mollet, il faut lever la jambe et tirer sur la pointe du pied vers le corps pour allonger au maximum le mollet. Une autre technique simple consiste à se placer face à un mur, à un mètre de distance, et à se pencher en avant en s'appuyant sur le mur, les talons restant au sol.
La posture est maintenue 10 secondes pour étirer les mollets. La manœuvre est répétée après 5 secondes de repos.
Une fois la crampe passée, il faut essayer de marcher doucement puis se réhydrater en buvant de l’eau ou de l’eau légèrement salée.
Si la douleur musculaire persiste après la crampe, il est possible prendre du paracétamol, voire un anti-inflammatoire non stéroïdien (ou « AINS ») en vente libre (ibuprofène).
Ces douleurs résiduelles peuvent être liées à des microdéchirures musculaires apparues au cours de la contraction de la crampe et qui vont cicatriser en quelques jours.

Comment traiter une crampe récidivante ?

• Lorsque les crampes musculaires sont en lien avec une cause précise, la prise en charge de cette dernière permet de soulager le patient : traitement de la cause ou de la maladie ou remplacement éventuel du médicament.
Un médicament contre la douleur (paracétamol, ibuprofène) et un décontractant musculaire peuvent aider à soulager les cas difficiles.
• Lorsque les crampes récidivent et n'ont pas de cause définie, un traitement des crampes invalidantes peut nécessiter, si les mesures simples sont insuffisantes, l’utilisation de médicaments contenant de la quinine.
La quinine n'est toutefois qu'un traitement d'appoint, à l’efficacité modeste, et des effets indésirables immuno-allergiques sont parfois observés qui nécessitent l'arrêt du traitement. Il est donc important de signaler immédiatement toute anomalie sous ce traitement à son médecin traitant.
Le traitement doit également être arrêté s’il n’a pas apporté d’amélioration au bout de 4 semaines. En cas de diminution significative des crampes, un arrêt du traitement est envisagé après quelques mois.
• Une supplémentation en magnésium peut être intéressante dans certains cas. Elle peut se faire en mangeant des bananes ou des noix et noisettes, des eaux de boissons riches en magnésium ou des suppléments en magnésium.
Des cures de 15 jours peuvent être testées.

<< CONSULTATION
PREVENIR >>