>
Les Symptômes
>
Crampes : un traitement adapté selon la cause et la douleur
Crampes : un traitement adapté selon la cause et la douleur
Publié le 08.02.2019
Mots-clés :
Crampes : un traitement adapté selon la cause et la douleur
© 123RF-Stefano Cavoretto

Les crampes musculaires correspondent à une contraction douloureuse, soudaine et involontaire, d’un ou plusieurs muscles. Si elles sont prolongées ou récidivantes, elles doivent être explorées.

Crampes : CAUSES

A quoi sont dues les crampes ?

Le mécanisme de survenue des crampes est mal connu, mais un déséquilibre en eau et en sels minéraux à l’intérieur des cellules musculaires ou une perturbation de la commande nerveuse des muscles sont régulièrement incriminés.
• La cause la plus fréquente est la déshydratation et la perte de sel suite à une transpiration abondante en contexte sportif ou en cas de chaleur excessive. Une déshydratation et une perte de sel au cours de la transpiration peut en effet conduire à une modification de l’équilibre des sels minéraux à l’intérieur des cellules musculaires.
Cela s’explique par le fait que, lors de la transpiration, il y a une perte d’eau, mais aussi de sel (Na+) : la transpiration est en effet salée. En raison de cette perte de sel, et pour la compenser le sel qui sort de la cellule, la concentration en calcium (Ca++) augmente dans les cellules pour conserver le même équilibre électrique de chaque côté de la membrane cellulaire.
Or dans le muscle, la concentration en calcium est très liée à la contraction des fibres musculaires : pour qu’une fibre musculaire se décontracte, sa concentration en calcium doit baisser et c’est plus compliqué en cas de déshydratation (« surcharge intracellulaire en calcium »).
Au cours de la transpiration, il existe une perte associée de potassium et de magnésium qui peut aussi jouer un rôle dans l’apparition des crampes.
• Des crampes peuvent également survenir la nuit, en particulier chez le sujet âgé, et sont le plus souvent localisées au niveau du mollet et du pied. Elles obligent la personne à se lever, à marcher ou à étirer le muscle.
Dans ce cas, on incrimine la responsabilité d’une mauvaise position de la jambe au cours du sommeil (pied en flexion plantaire avec raccourcissement maximal du muscle du mollet, par exemple lorsque l’on dort à plat ventre) et une fatigue.
• Des crampes peuvent aussi survenir au cours de différentes maladies neurologiques où il existe un désordre de la conduction nerveuse et neuromusculaire.
C’est le cas au cours des radiculonévrites, des polynévrites et des souffrances radiculaires au cours des sciatiques.
• Des crampes peuvent également être retrouvées au cours des maladies des muscles (« myopathies »).
D’autres circonstances peuvent aussi favoriser la survenue de crampes :
• Il en est ainsi de la déshydratation chez l’insuffisant rénal lors des séances d’hémodialyse où une perte importante en eau et en sel a été nécessaire du fait de la trop forte prise de poids par le malade entre 2 séances.
• La prise de certains médicaments peut déclencher des crampes. C’est le cas avec les diurétiques et les laxatifs, qui vont perturber l’équilibre en eau et en sels minéraux, mais c’est aussi le cas avec certains bêtabloquants, les bêtamimétiques, les corticoïdes, les diurétiques, les laxatifs, la nifédipine, le strontium… et avec certains traitements visant à faire baisser le cholestérol sanguin ou « hypocholestérolémiants » (fibrates, statines). Dans ce dernier cas il est important de consulter.
• Certaines maladies endocriniennes peuvent donner des crampes, notamment par le déséquilibre en eau et en sels minéraux qu’elles induisent (hyperinsulinémie, maladie des surrénales, de la thyroïde ou des parathyroïdes).
• La cirrhose et les intoxications aux métaux lourds peuvent aussi donner des crampes
Enfin, on invoque régulièrement un déficit vitaminique à l’origine des crampes mais les preuves sont assez ténues.

<< COMPRENDRE
CONSULTATION >>