>
Les Symptômes
>
Ballonnement, flatulences et aérophagie : les aliments ne font pas tout le gaz
Ballonnement, flatulences et aérophagie : les aliments ne font pas tout le gaz
Publié le 25.10.2018
Ballonnement, flatulences et aérophagie : les aliments ne font pas tout le gaz
© 123RF-Rui Santos

Le ballonnement, ou « météorisme abdominal », correspond à l’accumulation de gaz au niveau de l’estomac ou de l’intestin, ce qui se traduit par un gonflement du ventre. Ce gaz est lié, soit à une hyper-absorption, soit une hyperproduction.

Ballonnement, flatulences et aérophagie : QUE FAIRE ?

Quels aliments et quel régime en cas de ballonnement ou de flatulences ?

• Il faut éviter les boissons gazeuses, surtout celles qui sont riches en fructose : toutes les boissons gazeuses (bière, soda, eaux minérales) contiennent du gaz qui peut provoquer un ballonnement, mais les jus de fruits et les sodas contiennent en plus du fructose ou du sorbitol, sucres qui causent aussi par eux-mêmes des flatulences intestinales.
Mais il peut être nécessaire de boire plus d’eau plate pour éviter la constipation (1,5 litres de liquides au total par jour).

• Il faut arrêter les gommes à mâcher : Les gommes à mâcher sans sucre contiennent du sorbitol elles aussi, dont l’effet s’ajoute à l’ingestion d’air provoquée par le mâchouillement.

• Il faut éviter les produits pouvant fermenter et l’excès de fibres alimentaires : De nombreux aliments provoquent des flatulences parce qu'ils fermentent dans l'intestin : les bactéries intestinales les décomposent pour que l'intestin puisse en absorber les composants utiles et cette fermentation produit des gaz. Plus le régime est riche en protéines, plus l'intestin produit des gaz. Ainsi, la viande rouge, les haricots blancs (flageolets), le soja, les lentilles et les pois secs sont concernés. Les féculents comme les pommes de terre, le maïs, les pâtes, le blé et les céréales entières sont également à l’origine d’une production de gaz parce qu'ils contiennent des glucides qui nourrissent les bactéries. En revanche, le riz est le féculent le mieux absorbé par l'intestin et est donc à conseiller chez les personnes qui ont beaucoup de gaz. Il faut faire attention à la surconsommation de son dans l’alimentation ou en complément de l’alimentation.

• Il faut sélectionner les produits laitiers : les yaourts et les fromages ont tendance à améliorer la situation aussi car il s’agit de produits fermentés où les lactoses sont prédigérés. Le lait, en revanche, peut être évité, surtout en cas d'intolérance au lactose.
Quand on veut éviter les flatulences, il est possible de changer d'alimentation, mais il faut faire les changements « un par un » : il faut réduire ou éliminer temporairement l'aliment suspecté de favoriser la production de gaz pour voir si cela influe au bout de 15 jours sur la production de gaz. Si la situation ne s'est pas améliorée, il faut reprendre le premier et essayer d’en éliminer un second et ainsi de suite.
Il faut cependant se souvenir qu'il est normal pour l'intestin de produire des gaz chaque jour et que s’il est possible de les réduire, il n’est pas possible à l’intestin d’en cesser complètement la production.

Existe-t-il des médicaments contre le ballonnement et les flatulences ?

Il n’y a pas de solution miracle pour mettre définitivement un terme au ballonnement et aux flatulences. Les médicaments utilisables sont donc surtout destinés à alléger les désagréments ressentis et à améliorer le confort de vie.
Plusieurs types de médicaments disponibles sans ordonnance peuvent être utilisés, même si les preuves d’une réelle efficacité font parfois défaut : charbon activé, pansements digestifs, antispasmodiques à visée digestive.

• Le charbon végétal activé est un traitement classique des ballonnements et il est justifié de l'essayer, même s’il n'est pas efficace pour tout le monde. Surtout, il faut se souvenir qu’il peut gêner l'absorption de certains médicaments. Il faut donc éviter de le prendre au même moment que les traitements indispensables.

• Les médicaments à type de pansements digestifs sont intéressants pour lutter contre les ballonnements. Ils sont généralement à base d’argile (kaolin), de siméticone ou de diméticone et dotés d’une propriété « anti-mousse » leur permettant d’empêcher la formation de gaz. Leur combinaison avec un antiacide est courante mais uniquement intéressante lorsque le ballonnement s’accompagne d’une sensation de brûlure au niveau de l’estomac.

• Il existe aussi des associations pansements digestifs et antispasmodiques qui peuvent être utilisés lorsque le ballonnement s’accompagne d’une douleur.

<< CONSULTATION
PLUS D’INFOS >>