Publicité

MIEUX VIVRE

Etude sur 1900 femmes

Cancer du sein : 100 cigarettes dans une vie augmente le risque de 30%

Le tabagisme augmente fortement le risque du cancer du sein le plus courant. Les femmes jeunes, les grosses fumeuses et celles qui ont beaucoup fumé sont concernées.

Cancer du sein : 100 cigarettes dans une vie augmente le risque de 30% M. Spencer Green/AP/SIPA

  • Publié 10.02.2014 à 12h32
  • |
  • |
  • |
  • |


On associe souvent tabagisme et cancer du poumon. Chez les femmes, le risque de cancer du sein est aussi fortement accru par la consommation de cigarettes. Certains sous-types sont plus influencés que d’autres par les substances cancérogènes de la cigarette suggère une étude parue ce 10 février dans la revue Cancer de la Société Américaine du Cancer.

 

Une équipe de chercheurs a analysé le comportement de 778 patientes atteintes d’un cancer du sein à récepteurs d’œstrogènes positifs, 182 patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique triple négatif et 938 patientes en bonne santé. Elles étaient âgées de 20 à 44 ans. L’étude avait pour but de déterminer l’influence du tabagisme sur le risque de cancer du sein selon les sous-types.

 

Des femmes jeunes plus exposées

Le risque le plus fort concerne les femmes jeunes qui fument souvent ou depuis peu. Elles sont exposées à un risque élevé de 60% de cancer du sein à récepteurs d’œstrogènes positifs. L’accumulation de substances cancérogènes en est le responsable selon le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC). Or, le cancer du sein à récepteurs d’œstrogènes positifs est le plus commun. Il se définit par la forte présence de récepteurs d’œstrogènes dans les cellules cancéreuses. Et même chez celles qui ont fumé plus de 100 cigarettes au cours de leur vie, le risque de développer un cancer du sein en général est augmenté de 30% le risque de cancer du sein en général.

En revanche, le tabagisme n’est pas associé à un surrisque de cancer du sein métastatique triple négatif. Ce cancer qui se caractérise par l’absence de ces récepteurs d’œstrogènes, de progestérone ou de la protéine HER2, est plus rare mais beaucoup plus agressif. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité