Publicité

MIEUX VIVRE

Infections sexuellement transmissibles

Papillomavirus : la France est loin de ses objectifs de vaccination

Aux Etats-Unis, la prévalence des infections dues aux papillomavirus humains a été divisée par deux grâce à la vaccination. En France, la couverture vaccinale reste très insuffisante.

Papillomavirus : la France est loin de ses objectifs de vaccination SKYVISUAL/SIPA

  • Publié 26.06.2013 à 16h39
  • |
  • |
  • |
  • |


En France, les objectifs de vaccination contre le papillomavirus (HPV) sont loin d’être atteints. Alors qu’en 2004, le Haut comité de santé publique visait les 95% de couverture vaccinale, nous n’en sommes aujourd’hui qu’à un taux de 30% de jeunes filles ayant reçu les trois doses de vaccin. Pourtant, le cancer du col de l’utérus tue chaque année 1000 femmes en France.


Certes, la vaccination n'élimine pas totalement le risque de cancer du col de l'utérus mais elle le réduit fortement. Et pour améliorer son efficacité, le Haut conseil de santé publique a modifié, en mai dernier, ses recommandations concernant les tranches d’âge de vaccination. Concrètement, il est aujourd’hui préconisé de la pratiquer chez toutes les jeunes filles âgées de 11 à 14 ans et non plus à partir de 14 ans, comme c’était le cas depuis 2007. Un rattrapage est également conseillé chez les 15-19 ans qui n’ont pas encore été vaccinées. Mais, si ce changement de stratégie ne permet pas d’obtenir l’objectif requis, la Commission de la transparence a déjà fait savoir qu’elle « pourrait être amenée à reconsidérer à moyen terme (dans un délai de 3 ans) l’appréciation du service médical rendu des vaccins anti-HPV ». Or, une baisse de SMR entrainerait automatiquement une baisse de prise en charge par l’assurance maladie. Aujourd’hui, ces vaccins anti-HPV sont pris en charge à 65% et chaque dose coûte de l’ordre de 120 euros.


Faut-il pour autant remettre en cause cette vaccination ? La question mérite d'être posée alors qu’une étude des CDC américains vient de montrer que la prévalence des infections dues au papillomavirus humain a été divisée par deux depuis la mise sur le marché des vaccins anti-HPV. Or, les couvertures vaccinales française et américaine sont similaires.

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité