Publicité

QUESTION D'ACTU

Aux Etats-Unis

Papillomavirus : le vaccin divise par deux la prévalence de l'infection

Chez les Américaines de 14 à 19 ans, la prévalence des infections dues aux papillomavirus humain est passée de 11,5% en 2003-2006 à 5,1% en 2007-2010, soit une baisse de 56%.

Papillomavirus : le vaccin divise par deux la prévalence de l\'infection ROBERTS/NEWSCOM/SIPA

  • Publié 21.06.2013 à 12h52
  • |
  • |
  • |
  • |


Quand la vaccination porte ses fruits ! Le nombre de jeunes filles de 14 à 19 ans souffrant aux États-Unis d'infections sexuellement transmissibles dues à des papillomavirus (Hpv) a largement diminué depuis la mise sur le marché d'un vaccin contre ces virus en 2006. C'est ce que révèle une étude des Centers for Diseases Control and Prevention (Cdc).

Des chercheurs ont en effet comparé la prévalence des Hpv ciblés par les vaccins (HPV-6,-11,-16 et -18) sur les périodes 2003-2006 et 2006-2010. Les médecins disposaient des échantillons cervico-vaginaux de 4.150 femmes entre 14-59 ans, prélevés dans le cadre du National Health Examination Survey.
Pour la période post-vaccinale, 4.253 échantillons ont pu être analysés. D'après les résultats recueillis, la prévalence des quatre HPV ciblés par la vaccination chez les femmes de 14-19 ans est passée de 11,5% en 2003-06 à 5,1% en 2007-2010, soit une diminution de 56%. « Plus importante qu'attendue », commentent les auteurs.
Seul bémol, dans les autres tranches d'âge analysées, la prévalence ne changeait pas significativement entre les deux périodes. Ces chiffres très encourageants font dire à Tom Frieden, le directeur des Cdc que « ces résultats doivent constituer un signal d'alarme pour faire progresser la couverture vaccinale ».

Car, même si depuis 2006, la vaccination contre le Hpv est recommandée aux Etats-Unis chez les jeunes filles de 11-12 ans, avec un rattrapage possible entre 13 et 26 ans, le vaccin embarasse toujours les Américains. Alors qu'en 2008, 40% des parents interrogés déclaraient qu'ils refusaient de faire vacciner leur fille contre le Hpv, en 2010, ce pourcentage est monté jusqu'à 44%. « C'est dans l'autre sens que le pourcentage devrait évoluer », déclarait alors l'un des responsables de la recherche, Robert Jacobson, pédiatre à la clinique Mayo.

La vaccination suspendue au Japon
Mais ce point de vue n'est pas partagé par tout le monde. Le ministère de la Santé japonais vient de suspendre ses recommandations en faveur de la vaccination contre le Hpv.  Même s'il s'agit d'une mesure provisoire, les autorités sanitaires veulent recueillir plus de données épidémiologiques sur les effets secondaires des deux vaccins autorisés. Le ministère incite désormais les jeunes filles et leur famille à peser les bénéfices et les risques de cette immunisation avant d'y avoir recours. Les spécialistes japonais s'intéressent notamment à une série de cas de manifestations douloureuses diffuses et inexplicables observées après l'injection vaccinale. 

 

L'âge avancé en France
Pour protéger les jeunes filles du papillomavirus, le Haut Comité de santé publique préconise  en France d'avancer de 14 à 11 ans l'âge de la vaccination. En décembre 2012, des spécialistes avaient même lancé un appel dans ce sens. Pourtant, sur le terrain, la vaccination contre le cancer du col de l'utérus et les autres maladies causées par les virus Hpv  a enregistré un recul en 2010 et 2011. La couverture vaccinale pour une dose a  perdu près de quatre points en un an chez les filles passant de 39,4% en 2010 à 35,8 l'année suivante. « Ce faible taux, pourrait compromettre l'obtention de l'immunité de groupe », estime le Haut conseil. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité