Publicité

MIEUX VIVRE

Etude de la DREES

Grossesse : 8 femmes cadres sur dix préfèrent les cliniques

L’accès au secteur privé est inégal. Les foyers aisés s’y réfèrent davantage. C’est dans les services de gynécologie-obstétrique que les écarts sont les plus marqués.

Grossesse : 8 femmes cadres sur dix préfèrent les cliniques monkeybusiness/epictura

  • Publié 30.09.2016 à 11h39
  • |
  • |
  • |
  • |


Se faire opérer plutôt à l’hôpital ou clinique ? La réponse à cette interrogation dépend fortement de la profession exercée. Cela peut sembler évident, mais une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) objective le phénomène. Elle met en lumière des disparités particulièrement marquées dans une spécialité : la gynécologie-obstétrique. Les ouvrières sont huit fois moins nombreuses à mettre au monde dans le privé.

Confort contre finances

Les auteurs de l’étude l’affirment d’emblée : « Les hôpitaux privés et publics n’accueillent pas le même type de patients ». De fait, les catégories socio-professionnelles supérieures sont largement plus nombreuses à se rendre uniquement dans le privé lorsqu’elles doivent être hospitalisées : deux tiers des cadres ont ce réflexe systématique contre un ouvrier sur trois. Une différence logique quand on sait que l’hôpital ne pratique pas de dépassement d’honoraire. Le gain de confort pèse bien léger dans la balance face aux budgets serrés de certains foyers.

Les écarts de patientèle sont relativement modérés en chirurgie et en médecine, même si les catégories aisées sont davantage représentées. Mais c’est en gynécologie-obstétrique que le fossé se creuse : 80 % des femmes cadres et effectuant une profession intellectuelle supérieure effectuent le suivi de leur grossesse dans le secteur privé. Les ouvrières, elles, se rendent à l’hôpital public dans 9 cas sur 10.



Les retraités privilégient le privé

L’écart se justifie par les nombreuses comparaisons entre les deux types d’établissement. Les chambres individuelles sont plus souvent obtenues dans le privé, où le suivi est plus personnalisé. Mais l’hôpital présente l’avantage d’être intégralement pris en charge par l’Assurance maladie. Il est possible d’y effectuer l’intégralité du suivi de la grossesse.

Les travaux mettent en évidence un autre phénomène intéressant : les différences entre les classes ont tendance à se gommer après la retraite, même si les personnes aisées continuent de favoriser le privé. Les retraités plus modestes font davantage faire appel au confort des cliniques. Ceux qui gagnent mieux leur vie font de même et se tournent un peu plus vers ces établissements à but lucratif. Mais ils alternent davantage entre les deux secteurs. Sans doute la baisse substantielle de salaire entre-t-elle en jeu.

Les retraités sont justement ceux qui se font le plus hospitaliser : 24 % d’entre eux se rendent au moins une fois dans des établissements hospitaliers, contre 14 % de la population générale.



Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité