Publicité

QUESTION D'ACTU

Moustiques : le gène résistant aux insecticides identifié


  • Publié 26.02.2014 à 09h33
  • |
  • |
  • |
  • |


Il empoisonne notre vie quotidienne pendant quelques semaines et fait des ravages dans de nombreux pays. Vecteur de nombreuses maladies, comme le paludisme, le moustique fait chaque année des centaines de milliers de morts, notamment en Afrique. Et t bien souvent, les armes pour le combattre s’avèrent inefficaces.
Mais des chercheurs viennent de trouver une clé importante de nature à faire progresser l’éradication de ces insectes meurtriers. « Nous avons trouvé une population de moustiques qui était totalement résistante non seulement au DDT, mais aussi aux pyréthrinoïdes », une classe d'insecticides couramment utilisée dans les moustiquaires imprégnées, explique le Dr Charles Wondji, qui a mené l'enquête pour l'Ecole de médecine tropicale de Liverpool (Royaume-Uni).

C’est en comparant le génome de moustiques anophèles (issus du Bénin) résistants à ces insecticides à celui d’une souche élevée en laboratoire, donc non résistante, que les scientifiques ont fait une découverte. Le gène, baptisé « GSTe2 » est particulièrement actif chez les moustiques résistants, rapporte une dépêche de l’Agence France Presse. Une seule mutation (« L119F ») de ce gène confère la résistance à ces insectes.

Les spécialistes ont alors élaboré un test ADN qui permet d’identifier la mutation. Appliqué à différentes catégories de moustiques dans le monde, le test s’est avéré positif dans toutes les populations résistantes et pas chez les autres.

« Mieux encore, poursuit l’AFP, en soumettant la protéine codée par le gène GSTe2 à un examen par cristallographie aux rayons X, ils ont pu comprendre comment elle permettait aux moustiques de résister aux insecticides ». Cette protéine découpe et décompose les molécules de DDT pour les transformer en des substances inoffensives.

Ces travaux, publiés dans la revue Genome Biology, vont permettre de développer des programmes de détection précoce et de contrôle des résistances. Pour les spécialistes, il s’agit d’éviter que le gène mutant ne se transmette d’une population à l’autre.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité