Publicité

QUESTION D'ACTU

Avec le ballon de Paris, laboratoire volant

La pollution ferait perdre 12 mois d’espérance de vie aux Franciliens

Un Parisien respire en moyenne 200 000 particules ultra-fines par litre d’air. C’est ce qu’a observé pendant 18 mois le ballon de Paris, équipé d’un appareil de mesures ultra précis.

La pollution ferait perdre 12 mois d’espérance de vie aux Franciliens Mathieu Pattier/SIPA

  • Publié 24.11.2014 à 09h45
  • |
  • |
  • |
  • |


Il survole tous les jours la capitale, pour le plus grand plaisir des amoureux de Paris. Ce qu’on sait moins, c’est que le ballon Generali est aussi un « laboratoire volant. » A son bord, un appareil d’analyse laser compte et identifie les particules présentes dans l’air. Le projet a été développé grâce à la collaboration de la mairie de de Paris, AirParif, Generali, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et Aérophile. Après 18 mois d’analyse quotidienne, les premiers résultats sont présentés. Et ils sont d’une précision surprenante.

 

Une « loupe » pour comprendre la pollution

Des mesures de l’air sont déjà réalisées par Air Parif. Celles relevées par le ballon de Paris servent à la recherche. Elles sont également plus précises : « L’intérêt de l’appareil qu’on a mis à bord du ballon de paris, c’est qu’un rayon laser permet de compter les particules ultra-fines, allant jusqu’à 0,2 micromètres. Pour donner une idée, c’est la taille des plus petites bactéries », explique à pourquoidocteur Jérôme Giacomoni, co-fondateur d’Aérophile. « C’est un peu comme si, avant, vous aviez des lunettes. Là, on a une loupe. »

 

 

Cette « loupe » a permis de mieux comprendre le comportement de la pollution aérienne à Paris. Sur une période de 18 mois, un parisien respire environ 200 000 particules ultra-fines (PM1) par litre d’air. Une inspiration absorbe un demi-litre d’air environ. Dans la capitale, « vous avez 200 fois plus de particules ultra-fines que de particules fines - qui font plus d’un micromètre. Les particules ultra-fines sont les plus dangereuses, car ce sont elles qui vont jusqu’aux poumons et peuvent passer dans le système sanguin », précise Jérôme Giacomoni.

 

6 millions de particules ultra-fines par litre

L’intérêt du ballon de Paris, c’est aussi qu’il effectue régulièrement des voyages entre le sol parisien et l’air. Il peut ainsi aller jusqu’à 300 mètres. « On fait comme une carotte de l’air », illustre Jérôme Giacomoni. Une carotte riche en détails puisqu’elle a permis d’analyser en détail les deux pics de pollution les plus récents : celui de décembre 2013, et celui de mars 2014, le jour où la tour Eiffel a disparu…

 

 

 

 

 

Si mars 2014 a été l’épisode de pollution le plus spectaculaire, ce n’était pas le plus sérieux pour la santé publique. « Ce qui est intéressant, c’est qu’en décembre 2013, il y avait plus de particules ultra-fines », souligne Jérôme Giacomoni. « Comme elles sont beaucoup plus légères, et qu’aujourd’hui les outils de mesure ne font que les peser, ça a été moins détecté que dans l’épisode de mars 2014. » Les mesures du ballon de Paris ont également révélé que le pic le plus massif a eu lieu le 13 décembre, à 18 heures. « On a eu jusqu’à 6 millions de particules ultra-fines par litre d’air. Pour donner un ordre d’idée, c’est l’équivalent d’une pièce de 20 m2 où 8 cigarettes sont fumées en même temps. C’est du tabagisme passif », conclut le co-fondateur d’Aérophile.

 

« A moins d’habiter en haut de la tour Eiffel, vous n’avez pas vraiment de différence »

Autre enseignement riche livré par le ballon de Paris : « la pollution et les particules fines s’accumulent et restent à des hauteurs très élevées. Ca ne commence pas à décroître avant 100-150 mètres d’altitude », analyse Jérôme Giacomoni. Inutile donc de se croire protégé en vivant sur la butte Montmartre. « Les différences de pollution se font beaucoup plus entre les endroits proches des sources de pollution et ceux qui en sont éloignés », poursuit le co-fondateur d’Aérophile. « La hauteur, hélas, ça ne semble pas vraiment probant. A moins d’habiter en haut de la tour Eiffel, vous n’avez pas vraiment de différence. »

 

Or, les particules fines et ultra-fines représentent un risque réel pour la santé, et pas seulement celle des plus fragiles. A court terme, une pollution aux particules fines peut entraîner des symptômes respiratoires, voire une réaction allergique. Elle favorise également les crises d’asthme en provoquant une inflammation des bronches. A long terme, cette pollution est associée à une réduction de l’espérance de vie, une mortalité précoce et un surrisque de cancer aux bronches. Et selon AirParif, la pollution ferait perdre 8 à 12 mois d’espérance de vie aux Franciliens.

 

 

« Il faut trouver un juste équilibre »

L’intérêt d’études pointues comme celle livrée par le ballon de Paris, c’est qu’en comprenant mieux comment agit la pollution, il est possible de mieux lutter contre elle. C’est le combat que mènent plusieurs associations, dont l’association Respire, qui milite pour une meilleure qualité de l’air.

Mais l’information ne suffit pas, encore faut-il agir. Et c’est justement ce qui pose problème, selon Sébastien Vray, président de l’association.

 

Ecoutez Sébastien Vray, président de Respire : « La qualité de l’air, c’est un reflet de notre façon de vivre ensemble. On en est arrivés à polluer le plus grand compartiment de la planète. »

 

Les enjeux sont réels pour la santé de chacun. Mais pour faire bouger les choses, 

« Il faut continuer à lutter contre la pollution de l’air. Elle arrive principalement lors de pics. Pendant les pics, il y a vraiment un problème de santé publique. Et il y a en permanence un problème de pollution de fond », martèle Jérôme Giacomoni. « Tout ce qui fera qu’on diminuera les émissions de polluants, comme les moteurs diesel, le chauffage au bois… ira dans le bon sens pour la santé publique. » Un avis que partage Sébastien Vray. « Il faut trouver un juste équilibre », estime-t-il.

 

Ecoutez Sébastien Vray, président de Respire : « En société, tout le monde a sa pierre à apporter à l’édifice. Chaque citoyen doit considérer qu’il est une part potentielle de pollution. »

 

Ce citoyen informé milite aussi pour la fin des logements à proximité des grands axes routiers, comme le périphérique. Et pour cause : à ses yeux, les poumons sont comme un hôpital, qui nous protège des agressions, dont il faut prendre soin.

 

Ecoutez Sébastien Vray : « On a un véritable filtre dans notre corps, qui nous permet de rester en bonne santé malgré les agressions. Mais ces agressions sont de plus en plus nombreuses. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité