Publicité

QUESTION D'ACTU

Statut, revalorisation

Sages-femmes : Marisol Touraine ravive les tensions avec le Collectif

Marisol Touraine a confirmé que les sages-femmes n'auront pas un statut comparable à celui des médecins. Pour le Collectif, cette communication est malhonnête.

Sages-femmes : Marisol Touraine ravive les tensions avec le Collectif ALIX WILLIAM/SIPA

  • Publié 30.04.2014 à 18h45
  • |
  • |
  • |
  • |


A cinq jours de la Journée mondiale de la Sage-femme, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a fait le point sur l'avenir de cette profession. Elle a confirmé ce matin sur les ondes de RMC Info que leur nouveau statut allait « voir le jour. » Il s'agit comme prévu d’un statut de sage-femme des hôpitaux dans lequel ces professionnelles de santé restent toujours considérées comme des « paramédicales. » 

Pas de statut médical
En détails, la ministre a précisé que « le statut médical des sages-femmes sera clairement reconnu, un texte va être publié, elles seront toujours dans le cadre hospitalier. C'est cela que certaines contestent, elles voudraient avoir le même statut que les médecins. Elles auront le statut de sages-femmes des hôpitaux », a-t-elle conclu. 
Contactée par pourquoidocteur, Caroline Raquin, à la tête du Collectif des professionnelles en grève (1) a confié un brin énervée que « faire croire que les sages-femmes veulent être des médecins est au minimum un défaut d'information. » Pour elle, « si on veut être médecin et devenir docteur on fait médecine. »

En fait, la présidente de l'ONSSF (2) rappelle que « bien évidemment que les sages-femmes ne souhaitent pas être médecins, mais uniquement avoir le statut de personnel médical à l'hôpital. Avec ce statut qui est une coquille vide, nous somme toujours exclues de la communauté médicale qui existe dans les établissements. Ce gouvernement reste encore dans un déni de la profession des sages-femmes. »

Une revalorisation jugée insuffisante
Par ailleurs, la ministre a ajouté qu'elle allait engager les discussions sur la rémunération ces jours-ci, espérant qu'elles aboutissent rapidement. Sur ce point, Caroline Raquin se dit offusquée. « En fait, ça correspond à ce qui était prévu au mois de novembre 2013 dans les plannings des revalorisations salariales chez les fonctionnaires à l'hôpital. Cette annonce était attendue depuis longtemps puisque nous sommes la seule profession qui n'a toujours pas été revalorisée », ajoute-t-elle. 

Petit précision apportée par Caroline Raquin, cette hausse de salaire serait de 100 euros brut au bout de 15-20 d'exercice de la profession. La provocation de trop pour ces professionnelles ? « Peut-être », confie-t-elle. « C'est vrai que ça fait beaucoup. En tout cas, ces annonces vont sans aucun doute remobiliser à nouveau le mouvement initié il y a 6 mois. »
Avec 70 % des maternités (chiffres des renseignements généraux) toujours en grève, le Collectif espère en effet que la mobilisation du 5 mai (12h, Place Denfert-Rochereau à Paris) sera une autre bonne occasion de se déplacer en masse vers le ministère de la Santé pour faire entendre à nouveau leur colère. 

(1) ONSSF, CNSF, ANSFC, ANESF, CNEMa, CFTC santé sociaux

(2) Organisation Nationale Syndicale des Sages-Femmes

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité