Publicité

QUESTION D'ACTU

Les salariés souffrent, les arrêts de travail auscultés

1% de chômage en plus, c’est une augmentation de 0,8% du taux de suicide. Une étude publiée établit, pour la première fois, un lien chiffré et direct entre la souffrance au travail et la crise. 

Les salariés souffrent, les arrêts de travail  auscultés

  • Publié 18.09.2009 à 10h49
  • |
  • |
  • |
  • |


1% de chômage en plus augmente de 0,8 % le taux de suicide. C’est le constat fait par deux chercheurs britanniques, David Stuckler et Martin McKee, qui ont publié dans The Lancet (juillet 2009) une analyse des liens entre le chômage et le suicide dans 26 pays européens entre 1970 et 2007.

Or, de septembre 2008 à septembre 2009, le nombre de chômeurs est passé de 1,9 millions à 2,5 millions de chômeurs. Soit deux points supplémentaires.

Le nombre de suicides en France diminue lentement depuis les années 90 : en 2006, 10 423 suicides en France, soit 16 pour 100 000 habitants.Mais, la France manque d'indicateurs pour mesurer le taux de suicides liés au travail. "On ne peut pas le chiffrer car on n'a pas fait d'enquêtes épidémiologiques. D'après une étude réalisée en 2005 en Basse-Normandie, on arrive à un taux de suicide, quand on l'extrapole à l'ensemble de la France, de 300-400 suicides par an", explique le Dr Christophe Dejours, professeur titulaire de la chaire de Psychanalyse-Santé- Travail au Conservatoire National des Arts et Métiers. "Avec la commission mise en place en 2008 par le gouvernement sur la prévention du suicide et dirigée par David Le Breton, nous avons réussi à obtenir que dans les statistiques sur les conditions de travail, il y ait désormais un item lié au suicide-travail."

Un malaise plus profond. Mais les suicides ne sont que la partie émergée du problème. 37% des femmes et 24% des hommes expriment un mal être au travail, selon l’InVS (enquête Samotrace décembre 2008). Les secteurs les plus exposés sont la production d’énergie, l’administration et les activités financières. Un exemple dans la banque, un tiers des employés de la Caisse d’épargne consommaient des antidépresseurs selon une enquête du syndicat SUD en 2008. Autre indicateur, les troubles musculo-squelettiques (TMS) s’accroît d’environ 20% par an depuis 10 ans en France. Les manifestations de cette souffrance s’intensifient.

 
Dr Jean-Pierre Griffoux, 
médecin du travail à France Télécom

 

Réforme minimale de la médecine du travail. La médecine du travail est en crise. Les effectifs sont en baisse, 700 départs en retraite sont prévus dans les années à venir et 600 postes sont déjà vacants… Ils sont aujourd’hui 6500 à s’occuper de plus de 15 millions de salariés. En outre, son indépendance a parfois été mise en cause. Pour réformer la médecine du travail, des négociations entre le patronat et les syndicats ont lieu depuis six mois. Un protocole d'accord est à l'étude. Mais pour le Dr Bernard Salengro, président du syndicat des médecins du travail CFE-CGC, les dernières propositions ne vont pas améliorer pas le service rendu aux salariés : "On propose d'éloigner le médecin des salariés de l'entreprise".


Dr Bernard Salengro, 
président du syndicat des médecins du travail CFE-CGC


Médecine de ville sous pression.
Les généralistes voient aussi passer en consultation la souffrance des salariés. Mais ils subissent la chasse aux arrêts de travail. Eric Woerth, le ministre des comptes publics, et Roselyne Bachelot l’ont répété en juin dernier, ils veulent juguler la progression des indemnités journalières. La Caisse nationale d’assurance maladie multiplie les lettres d’avertissement et 150 médecins devaient être placés sous entente préalable.
En outre, le dispositif de la contre visite expérimentée depuis 2008 sera généralisé l’année prochaine. Autrement dit, l’employeur pourra mandater un médecin privé pour faire des vérifications chez le salarié en arrêt, ce qui pouvait déjà se pratiquer mais le nouveau dispositif permet de suspendre les indemnités journalières versées aux salariés en arrêt de travail, en cas d’abus constatés lors de la contre-visite médicale commandée par l’employeur.

En savoir plus 

Le rapport Nasse et Légeron sur le stress

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité