• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Nouveau-nés

Soins kangourous : le peau-à-peau bénéfique pour les bébés de faible poids

Pratiquer le peau-à-peau dès les premiers instants de la vie d’un bébé né avec un poids très faible augmente les chances de le maintenir en vie.

Soins kangourous : le peau-à-peau bénéfique pour les bébés de faible poids Heike Faber/iStock

  • Publié le 31.05.2021 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le peau-à-peau entre la mère et le nouveau-né réduit la mortalité de 25% chez les nourrissons d’un poids très faible.
  • Les soins kangourou permettent également d'avoir beaucoup moins de bébés avec une température corporelle basse et réduisent le risque de septicémie.
  • Pour être efficace, ce peau-à-peau doit être effectué dès la naissance, sans attendre de stabiliser le nourrisson de faible poids.

Le peau-à-peau a des effets thérapeutiques souvent insoupçonnés, notamment chez les nourrissons. Récemment, des chercheurs suédois ont révélé que ce soin kangourou pratiqué avec le père permet aux nourrissons nés après césarienne d’augmenter et de stabiliser leur rythme cardiaque et leur capacité d’éveil. Dans une nouvelle étude, menée une nouvelle fois par des chercheurs suédois, le peau-à-peau se révèle très efficace pour limiter la mortalité des bébés nés avec un poids très faible. Ce résultat a été présenté le 27 mai dans le New England Journal of Medicine.

Moins de 2kg à la naissance

Selon les chercheurs de l’institut Karolinska qui ont mené l’étude, le peau-à-peau entre la mère et le nouveau-né réduit la mortalité de 25% chez les nourrissons d’un poids très faible. Pour que cela soit efficace, notent les auteurs, il doit commencer immédiatement après l'accouchement, avant même que le bébé ne soit stabilisé. Ces résultats remettent en question les recommandations actuelles de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui datent de 2015 et préconisent de débuter le peau-à-peau dès qu'un bébé de faible poids est suffisamment stable, ce qui peut prendre plusieurs jours pour ceux pesant moins de 2 kg à la naissance.

Cette nouvelle recherche a été dirigée par l’OMS et financée par la Fondation Bill & Melinda Gates. Elle a porté sur 3 211 nourrissons pesant entre 1 et 1,8 kg à la naissance dans des pays à faible revenu. L'étude a été menée dans cinq hôpitaux universitaires au Ghana, en Inde, au Malawi, au Nigéria et en Tanzanie, où la mortalité de ces bébés, avant l'étude, variait entre 20% et 30%. Les enfants ont été répartis en deux groupes : dans le premier, ils ont bénéficié des soins kangourous directement après l'accouchement ; dans le second, la mère et le bébé séjournaient dans des unités distinctes et n’étaient réunis que pour l’alimentation. Dès que les bébés se sont suffisamment stabilisés, les mères et les bébés des deux groupes ont été transférés dans la même unité. Au cours des 72 premières heures, les nourrissons du premier groupe ont reçu environ 17 heures de contact peau à peau par jour, contre 1,5 heure dans le groupe témoin.

L’OMS va revoir ses recommandations

Les résultats ont montré une plus faible mortalité dans le premier groupe où la mère et le nourrisson ont fait du peau-à-peau directement après l’accouchement. La mortalité au cours des 28 premiers jours a été de 12% dans ce groupe contre 15,7% dans l’autre groupe, ce qui correspond à une réduction de la mortalité de 25%. Par ailleurs, il y avait dans le groupe “kangourou” beaucoup moins de bébés avec une température corporelle basse et de septicémie.

Le message principal est que les nouveau-nés de faible poids doivent recevoir un contact peau-à-peau immédiatement après la naissance, puis dans une unité de soins en couple mère-enfant, où les mères et les bébés sont pris en charge ensemble sans avoir à être séparés, a conclu Björn Westrup, consultant et chercheur au département de la santé de la femme et de l'enfant à l’institut Karolinska et co-initiateur de l’étude. Nos résultats suggèrent que ce modèle de soins, qui en soi ne demande pas de ressources, pourrait avoir des effets importants sur la santé.” Selon les chercheurs, cette méthode a le potentiel de sauver la vie de 150 000 nouveau-nés chaque année.

L’OMS a déjà indiqué qu’elle prépare une révision de ses recommandations à la lumière de ces résultats.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES