• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Crise sanitaire

Les interrogations de la médecine de ville placée au coeur de la deuxième vague

Le ministre de la Santé insiste sur l'importance du rôle de la médecine de ville dans la gestion de la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19. Mais les professionnels de santé se posent encore beaucoup de questions.

Les interrogations de la médecine de ville placée au coeur de la deuxième vague Nahuel WALLET/iStock

  • Publié le 16.11.2020 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Une intention saluée : celle annoncée en conférence de presse le 5 novembre par le ministre de la Santé, Olivier Véran, de placer les médecins généralistes au coeur de la prise en charge des patients atteints de la Covid-19. Tout le contraire de qui s'était produit lors de la première vague de l'épidémie au printemps dernier où l'hôpital avait été l'acteur central de la crise au point d'être rapidement submergé. Ce changement de pied est-il pour autant la promesse d'une meilleure gestion de la crise sanitaire ? Et surtout est-il de nature à faciliter une plus grande maîtrise de l'évolution de l'épidémie qui permettrait à la fois une fin rapide du second confinement et de meilleures assurances que celle-ci ne débouche pas, quelques semaines plus tard, sur une troisième vague ? 

Pour apporter des éléments de réponse, Jean-François Lemoine, médecin journaliste et Nicolas Leblanc, médecin de santé publique du groupe VYV, ont reçu le 14 novembre dans  l'émission "JDF" sur Fréquence Médicale, le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF), le Dr Jacques Battistoni, président de MG France, Gille Bonnefond, pharmacien et président de l'Union des Syndicats des Pharmaciens d'Officine (USPO) et Sylvie Ciron, infirmière.

Un rôle clarifié pour chaque professionnel de santé

La logique de cette nouvelle place donnée à la médecine de ville repose sur une clarification du rôle de chacun des acteurs de la santé : qui teste, qui prend en charge en cas de positivité avec ou sans symptômes, qui assure le suivi des patients et comment la médecine de ville s'organise avec l'hôpital pour gérer les cas graves. Des points essentiels durant cette crise sanitaire qui au-delà de leur impact sur l'organisation des professionnels de santé, concernent toute la population. C'est en effet du bon fonctionnement de ce parcours de prise en charge que dépend la qualité et l'efficacité des soins apportés aux malades mais aussi la maîtrise de l'évolution d'une épidémie. Et donc le calendrier de sortie d'un confinement de moins en moins bien vécu par les Français.

Mais à écouter les professionnels de santé invités dans l'émission, on ne voit pas encore apparaître les signes que l'on pourrait attendre d'un système de santé "préparé", comme l'assure pourtant régulièrement Olivier Véran, pour cette deuxième vague. C'est notamment vrai pour les fameux tests : avec l'arrivée des tests antigéniques en complément des tests PCR, la question reste posée de savoir qui les pratique, à quel moment et dans quelles conditions. "Cela reste complexe", avoue, dubitatif, Jacques Battistoni qui s'interroge pour savoir "quelle est la stratégie du gouvernement qui nous demande seulement de faire du chiffre?". "Ce n'est pas clair, on ne sait pas encore quels sont les patients éligibles", renchérit Sylvie Ciron alors que les infirmières sont une des professions de santé en première ligne pour la détection de nouvelles infections. Et Jean-Paul Ortiz de dénoncer "une fausse sécurité" avec les tests antigéniques qui ne sont sûrs que lorsque le résultat est positif alors qu'une proportion importante de résultats négatifs peuvent être faux. 

Toujours en attente des procédures

Si les quatre professionnels de santé en ville sont évidemment prêts, comme beaucoup d'entre-eux l'ont déjà fait lors de la première vague -"c'est ce que les libéraux ont fait avec les centres Covid montés sans attendre les instructions du ministre ...?" rappelle Jean-Paul Ortiz"- ils sont toujours en attente des procédures qu'ils doivent appliquer pour une prise en charge mieux organisée des patients Covid. Parce que c'est la seule condition pour que l'évolution de cette épidémie soit à peu près maîtrisée : "Si l'on veut éviter une troisième vague, il faut préparer dès maintenant le déconfinement ... Mais cela tarde", s'inquiète Jean-Paul Ortiz.

Retrouvez ci-dessous l'émission sur "La stratégie Covid-19 en dehors de l'hôpital":

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité