• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

ToBRFV

Alerte rouge sur les tomates et poivrons

L’Anses met en garde contre l’arrivée du ToBRFV, un virus qui menace de détruire les plants de tomates, poivrons et piments. Les pays voisins ont déjà été touchés et la France pourrait être le prochain sur la liste. Destructeur pour ce fruits et ces légumes, le virus est sans risque pour les humains.

Alerte rouge sur les tomates et poivrons Denisfilm/iStock

  • Publié le 05.02.2020 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L’alerte a été lancée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) dans une expertise publiée le 4 février. Apparu pour la première fois au Moyen-Orient en 2014, le tomato brown rugose fruit virus (ToBRFV) rend les plants de tomates, poivrons et piments impropre à la consommation.

Un enfer pour les producteurs

Fruit le plus produit au monde, la tomate contaminé rétrécit et voit des mosaïques et tâches vertes ou jaunes apparaître sur sa surface qui devient rugueuse. Pour l’instant, le virus n’a pas pénétré nos frontières mais des pays limitrophes tels que l’Espagne, l'Italie, les Pays-Bas ou le Royaume-Uni ont déjà été touchés.

Sans danger pour l’homme et les animaux, le virus inquiète les producteurs. Une fois touchés, les plants de tomates deviennent impropre à la consommation et donc à la vente. Dans les pays moins touchés, le virus a fait entre 8 et 10% de dégâts. “Pour un producteur professionnel de tomates, 10% de pertes, c'est déjà insupportable économiquement”, souligne Philippe Reignault, directeur de la santé du végétal à l'Anses, dans Libération.

Un virus contagieux, tenace et sans traitement

Autre problème, le virus est très contagieux et se transmet très facilement d’un plant à l’autre. Cette transmission peut se faire aussi bien par les semences, les plants et les fruits infectés que par simple contact. Lorsque la Jordanie a été touché par le virus, ce sont 100% des plants qui ont été contaminés. Il est également “capable de survivre dans le sol, à la surface de vêtements, d’outils, etc., pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois, en gardant son pouvoir infectieux”, précise Philippe Reignault.

Pour l’instant, aucun traitement efficace existe pour lutter contre le virus. “Une fois que le virus a été introduit dans une zone, les mesures pour contrôler sa propagation sont extrêmement limitées, admet l'Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (Oepp). Ces mesures consistent principalement en une élimination des plantes infectées en suivant des mesures d'hygiène strictes.”

Extrême vigilance

Pour tenter de limiter les potentiels dégâts que causeraient le virus, l’Anses insiste sur des mesures de prévention. Si un plant présente les caractéristiques du virus, elle recommande la “destruction par le feu”. Pour les particuliers qui plantent leurs propres tomates, poivrons et piments, l’Agence préconise une extrême vigilance dans l’achat des semences en privilégiant le circuit court et en évitant d’acheter en ligne.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité