Publicité

QUESTION D'ACTU

Santé publique

Aliments pour enfants : UFC-Que Choisir dénonce des produits trop gras et trop sucrés

Dans un communiqué dévoilé ce mardi, l’association de consommateurs épingle plusieurs produits destinés aux enfants, trop gras et trop sucrés, et dénonce la réticence des industriels à afficher clairement le Nutri-Score sur ces aliments.

Aliments pour enfants : UFC-Que Choisir dénonce des produits trop gras et trop sucrés romrodinka/iStock

  • Publié 26.11.2019 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Un mois après le lancement en grande pompe par Agnès Buzyn du 4e Programme national nutrition santé (PNNS), et deux ans après l’apparition sur les emballages des produits du Nutri-Score, certains grands groupes industriels refusent toujours de jouer la transparence sur la composition de leurs produits.

C’est ce que met en lumière UFC-Que Choisir dans un communiqué daté du mardi 26 novembre. Selon l’association de consommateurs, de nombreux groupes comme Nestlé, Coca-Cola, PepsiCo, Mars, Mondelez ou Unilever refusent toujours d’afficher cet étiquetage nutritionnel simplifié, certes facultatif, sur leurs produits, notamment ceux destinés aux enfants.

Le Nutri-Score n’est présent que sur 5% des produits

Actuellement, le “Nutri-Score n’est présent que sur 5 % des produits”, affirme UFC-Que Choisir. Or, “si le Nutri-Score était affiché (sur les aliments destinés aux enfants), les parents écarteraient beaucoup de ces produits. Avec près d’un enfant sur cinq touché par l’obésité ou le surpoids, il est plus que jamais indispensable de faire toute la transparence sur la composition nutritionnelle des aliments”, complète l’association.

Afin de mieux informer les parents sur les produits qu’ils achètent à leurs enfants, “l’UFC-Que Choisir a calculé le Nutri-Score pour une trentaine d’aliments et boissons de grandes marques parmi les plus vendus qui - à l’exception d’un seul produit - ne l’affichent pas sur leur emballage.”

Des produits pour enfants trop sucrés et trop gras

Les résultats trouvés sont, d’après l’association “déplorables”, notamment pour les céréales du petit-déjeuner. Hormis le “Nesquik au blé complet” de Nestlé, classé B au Nutri-Score, tous les autres sont trop caloriques et donc notés C, D, voire E pour les “BN p’tit déj”, aussi sucrées que des gaufres fourrées au sucre.

Même constat pour les goûters pour enfants. À l’exception notable des compotes “Saint Mamet” et “Pom’potes”, classées A sur l’échelle du Nutri-Score, l’ensemble des biscuits testés sont classés D ou E, soit l’équivalent calorique d’un beignet fourré au chocolat ou d’une part de brownie.

Les boissons destinées aux enfants ne font guère mieux. Hormis l’eau de Vittel (Nestlé) classée A, toutes les autres boissons sont mal classées sur le plan nutritionnel du fait de leurs teneurs élevées en sucres. C’est le cas, par exemple, de “Fruit shoot tropical”, “Fruit shoot fruits rouges” de Teisseire et “Heroic Kids framboise cassis”, classées D, ou encore des boissons des marques Oasis ou Capri-Sun, classées E en raison de l’ajout de sucre et de la faible portion de jus d’orange ou d’agrumes (12%).

Une pétition pour rendre le Nutri-Score obligatoire

Alors qu’un enfant sur cinq est aujourd’hui touché par l’obésité ou le surpoids, agir en faveur d’un étiquetage systématique du Nutri-Score sur les produits industriels est indispensable, estime UFC-Que Choisir.

C’est pourquoi l’association a lancé en mai dernier une pétition pour “obliger les instances européennes à rendre l'affichage du Nutri-Score obligatoire dans toute l'Union”. “L'enjeu est de taille puisqu'il s'agit à la fois de permettre un choix éclairé aux parents et d’inciter les industriels à améliorer leurs recettes.” Disponible sur pronutriscore.org, la pétition a déjà été signée par plus de 80 000 personnes.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité