Publicité

QUESTION D'ACTU

Greffe d'organes toxiques

Deux jeunes patients meurent après avoir reçu des reins infectés par le virus de l'herpès

Deux patients de 22 et 15 ans sont décédés après avoir reçu des reins du même donneur infecté par le virus de l'herpès.

Deux jeunes patients meurent après avoir reçu des reins infectés par le virus de l'herpès Wavebreakmedia / istock

  • Publié 07.11.2018 à 10h59
  • |
  • |
  • |
  • |


Une femme de 22 ans et un adolescent de 15 ans sont décédés après avoir reçu des reins du même donneur infecté par le virus de l'herpès simplex. Cette affaire, relayée dans El Pais, a conduit l'Organisation nationale de transplantation (ONT) à s’interroger sur ses protocoles.

Un troisième patient est également décédé après avoir reçu des tissus du donneur, bien que dans ce cas, l’herpès n’est pas en cause. "La pathologie du patient et la complexité de l'intervention" ont eu raison de lui, précise l'hôpital Virgen del Rocío (Séville).

Deux reins toxiques

La transplantation des deux reins toxiques a eu lieu le 30 juin dernier. Au début, les deux patients ont bien réagi, mais leur rétablissement a été interrompu par une infection fulminante causée par le virus de l’herpès. L'adolescent est décédé le 10 juillet, la jeune femme le lendemain.                    

L'hôpital responsable des greffes a immédiatement ouvert une enquête, même si Beatriz Domínguez, directrice de l'ONT, qualifie ces faits "d'absolument exceptionnels". "Chaque année, plus de 130 000 greffes sont pratiquées dans le monde et nous n'avons trouvé que 10 cas similaires depuis les années 1970", indique-t-elle.

Le virus de l'herpès est très commun. L'Organisation mondiale de la santé estime que 70% de la population est déjà infectée et immunisée naturellement contre le virus, de sorte que des tests spécifiques ne sont pas inclus dans les protocoles de greffes.

Aucun des deux receveurs n'était immunisé contre le l’herpès

Malheureusement, dans notre cas, aucun des deux receveurs n'était immunisé contre le l’herpès. De plus, le donneur a eu une infection asymptomatique du virus, donc indétectable visuellement. Cependant, les analyses effectuées après les opérations ont révélé que les premiers échantillons prélevés sur le donneur étaient négatifs, alors que les derniers étaient déjà positifs. L'ONT examine actuellement si ce fait peut être cliniquement pertinent.

Ángeles López, la mère de la patiente décédée, critique de son côté le fait que "des mesures adéquates ne n’ont pas été prises pour prévenir la transmission du virus". "Il y a eu peu de cas précédents, mais il y en a eu. Cela aurait dû être pris en compte", critique-t-elle. L'association El Defensor del Paciente, qui a dénoncé publiquement l'affaire, a demandé au Parquet andalou d'ouvrir une procédure pour clarifier ce qui s'est passé et, si nécessaire, "définir les responsabilités".

Récemment, deux donneurs ont également causé les décès de leurs receveurs, à cause cette fois du développement de cancers.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité