Publicité

QUESTION D'ACTU

Pesticides, nicotine...

Environnement : l'OMS alerte sur les ravages de la culture du tabac

La culture du tabac a un impact majeur sur l'environnement. De nombreuses populations sont exposées à des pesticides nocifs pour la santé.

Environnement : l'OMS alerte sur les ravages de la culture du tabac Guillaume Baviere/Flickr

  • Publié 02.06.2017 à 20h45
  • |
  • |
  • |
  • |


Fumer tue. Cultiver le tabac aussi. Plus de 7 millions de tonnes de feuilles de tabac sont produites chaque année dans le monde. L’activité s’étend sur des millions d’hectares. Mais la sécurité des ouvriers agricoles n’est pas assurée. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) le dénonce dans son dernier rapport.

Les errements sont multiples dans le secteur du tabac. A commencer par la stratégie mise en place pour le cultiver. Au lieu d’opter pour une rotation des cultures, qui permet de préserver la fertilité des sols, les propriétaires terriens choisissent de ne consacrer leurs champs qu’au seul tabac.

Les pesticides à haute dose

Les résultats de cette monoculture ne se font guère attendre. Les sols s’appauvrissent et les plantes sont moins protégées contre les maladies. Le recours aux produits chimiques devient alors nécessaire. Cela soulève deux problèmes.

D’abord, certains pesticides controversés sont toujours vendus dans les pays à faibles et moyens revenus. Ce sont justement ceux-là qui cultivent encore le tabac. DDT et autres pesticides organochlorés sont donc librement accessibles. Mais les informations de sécurité, elles, se font désirer.

« Les cultivateurs n’ont souvent pas conscience de la toxicité des produits qu’ils manipulent et, par conséquent, souffrent des conséquences comme les malformations congénitales de leurs enfants, les tumeurs malignes ou bénignes, les troubles neurologiques ou hématologiques », déplore Ahmad Mukhtar, économiste à la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture).

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Les enfants en tête

Les cultivateurs vaporisent donc ces produits chimiques sans aucune protection. Et respirent les émanations. Leur peau n’est pas plus ménagée. Au Kenya, un agriculteur sur quatre est empoisonné aux pesticides. En Malaisie, c’est un tiers des ouvriers du tabac qui sont concernés.

Et les dégâts ne s’arrêtent pas là. Au-delà des champs, ce sont les villages alentour qui subissent les nuages de produits chimiques et consomment des viandes contaminées. Femmes enceintes, enfants et personnes âgées font aussi les frais de cette imprudence.

Les effets des pesticides organochlorés sur la santé humaine sont bien connus. C’est même pour cela que le DDT a été interdit dans de nombreux pays. Maladies neurologiques, comme Parkinson, mais aussi troubles psychiatriques (dépression, anxiété, suicide) sont plus fréquents chez les personnes exposées. Les cultivateurs ne font pas exception.

Le désastre environnemental

A ces facteurs de risque bien connus s’ajoutent d’autres plus spécifiques. La maladie du tabac vert (Green tobacco sickness) n’épargne guère les ouvriers agricoles. Y compris les enfants. Lorsqu’il est mouillé, le tabac libère de la nicotine que la peau absorbe allègrement. En résulte une intoxication aiguë par cette substance psychoactive.

Cela se traduit par des étourdissements, vomissements, maux de tête et faiblesse musculaire. Les enfants y sont particulièrement vulnérables, précise le Comité national de lutte contre le tabagisme (CNCT). Or, 10 à 14 % des bambins dont les parents cultivent un champ de tabac ratent l’école pour les aider.

Réguler plus sévèrement l’agriculture du tabac est donc nécessaire, tranche l’OMS. Car ces dégâts ne représentent qu’une infime partie de ceux pointés par le rapport. De la plantation à la poubelle, la cigarette est un véritable désastre environnemental. « C’est le destin de la planète entière qui est en jeu », estime le Dr Oleg Chestnov, Directeur général adjoint de l’OMS.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité