Publicité

QUESTION D'ACTU

Huiles de poisson, hareng, maquereau

Chimiothérapie : les patients doivent éviter de consommer des poissons

Le poisson ne devrait pas figurer au menu des personnes traitées par chimiothérapie. Un acide gras présent dans le maquereau et le hareng est associé à une perte d’efficacité.

Chimiothérapie : les patients doivent éviter de consommer des poissons ANGOT/SIPA

  • Publié 03.04.2015 à 16h38
  • |
  • |
  • |
  • |


Certains poissons et huiles de poissons sont à éviter lors d’un cancer. Des chercheurs ont établi un lien entre leur consommation et le développement d’une résistance à la chimiothérapie. Les résultats, parus dans le JAMA Oncology ce 2 avril, incitent donc à éviter ces produits lors d’un traitement contre le cancer.

 

11 % consomment des omégas-3

Les huiles de poisson et deux types de poisson (hareng, maquereau) contiennent un type spécifique d’acide gras, qui favorise la résistance au cisplatine, utilisé dans les chimiothérapies contre le cancer. Des chercheurs de l’Institut du Cancer des Pays-Bas ont donc évalué l’impact de la consommation de poisson chez des patients atteints de cancer.

L’étude s’est divisée en trois parties. 118 patients traités pour un cancer ont rempli des questionnaires sur leur consommation de compléments alimentaires. 30 % ont déclaré en prendre régulièrement. 11 % prenaient des compléments contenant des omégas-3, souvent à base d’huile de poisson.

La deuxième phase de l’étude a consisté à mesurer le taux d’un acide gras spécifique, 16:4(n-3), dans 3 marques d’huile de poisson et 4 espèces de poisson (hareng, maquereau, thon, saumon). Les deux premiers en contiennent une quantité élevée.

 

Des compléments à éviter

Dans un dernier temps, les chercheurs ont observé l’effet des huiles de poisson et des poissons sur le taux d’acide gras dans le sang auprès de 30 et 20 personnes en bonne santé. Les participants qui prenaient la dose recommandée de compléments alimentaires (10 mL) avaient un niveau accru de 16:4(n-3) dans le sang, 20 fois plus élevé que le niveau de base. Manger 100 g de hareng ou de maquereau avait le même effet. Il fallait huit heures pour que le niveau revienne à la normale.

La conclusion est simple pour les auteurs de l’étude : « Tant que d’autres données ne sont pas disponibles, les huiles de poisson et les poissons contenant de hauts niveaux de 16:4(n-3) devraient être évités les jours entourant une chimiothérapie. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité