Publicité

MIEUX VIVRE

Agence de sécurité du médicament

Pilules nouvelle génération : pas de hausse des IVG malgré la crise

D'après l'Agence du médicament, le déremboursement des pilules contraceptives de nouvelle génération n'a pas provoqué de hausse des IVG. Les avortements sont restés stables depuis neuf mois.

Pilules nouvelle génération : pas de hausse des IVG malgré la crise DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 06.11.2013 à 17h20
  • |
  • |
  • |
  • |


La crise des pilules de nouvelle génération n'a pas fait augmenter le nombre d'avortements en France. En effet, suite à l'affaire Marion Larat, jeune femme de 25 ans laissée handicapée à 65 % à cause d'un AVC qu'elle impute à une pilule nouvelle génération, les autorités françaises ont décidé en janvier 2013 de dérembourser ces pilules. Résultat, « même si plus d'un million de femmes ont changé de contraception, il n'y a pas eu d'augmentation des IVG en France », confiait hier Mahmoud Zureik, directeur stratégie et affaires internationales à l'Agence de sécurité du médicament, lors d'une rencontre avec la presse. Et ce dernier de rajouter qu'il y a tout juste eu « une petite augmentation de vente de pilules du lendemain de 5 % fin août », par rapport à la période précédente.

A l'occasion de la Journée mondiale de la contraception du 26 septembre 2013, le ministère de la Santé avait confirmé que le nombre d’IVG était resté stable depuis janvier 2013. Leur nombre serait de 17 000 en moyenne par mois en France actuellement. 



Pour expliquer ces résultats, le ministère indiquait à l'époque que, « Marisol Touraine a, depuis son arrivée au gouvernement, mis en place une politique sur la santé des femmes qui permet de favoriser l’accès à la contraception pour tous et de garantir à toutes les femmes qui en ont besoin de recourir à l’IVG, sans obstacle financier et partout en France. »
Pour rappel, la ministre de la Santé a inscrit dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS 2014), une nouvelle mesure en faveur des jeunes filles : après la gratuité de leur moyen de contraception, les jeunes filles bénéficieront à présent du tiers payant pour les consultations et les examens de biologie nécessaires à la prescription de leur contraception.




Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité