Publicité

QUESTION D'ACTU

1 000 urgentistes au total

Grève : SOS Médecins au secours de la médecine libérale

L'association d'urgentistes SOS médecins invite ses 1 000 médecins à cesser toute activité de lundi à mercredi. En cause, les pouvoirs accrus conférés dans la loi santé aux directeurs des ARS.

Grève :  SOS Médecins au secours de la médecine libérale JAUBERT/SIPA

  • Publié 30.12.2014 à 06h17
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que la grève des cabinets médicaux de ville (généralistes et spécialistes) très suivie rentre dans sa deuxième semaine, ce sont 1 000 médecins de plus qui rejoignent le mouvement ce lundi 29 décembre. Il s'agit de ceux de l'association d'urgentistes SOS Médecins qui participe donc au mouvement depuis 8h ce matin et jusqu'au mercredi 31 décembre. pourquoidocteur vous en explique les raisons.

Contre le Projet de loi Santé
Dans un communiqué de presse récent, SOS Médecins a affirmé qu'il ne ne pouvait accepter en l'état le Projet de loi Santé de Marisol Touraine. Pour comprendre, l'association a confié ne pas vouloir que les pouvoirs « excessifs » des Agences Régionales de Santé (ARS) soient confortés, comme le prévoit le texte. Pour ces urgentistes, cela conduirait à « une fonctionnarisation de la médecine libérale au détriment du libre choix des patients et de la qualité des soins. »
A ce sujet, SOS médecins explique que la permanence de soins ambulatoire (PDS-A) a déjà été démantelée par les récentes décisions des ARS du Nord-Pas de Calais et de Lorraine qui ont supprimé la PDS-A libérale après minuit.  Avec pour conséquence « la disparition d’un dispositif de proximité 24h sur 24 au profit d’une prise en charge exclusivement hospitalière alors que les urgences sont totalement débordées et que les risques pour les patients augmenteront à mesure de la lenteur, de la lourdeur et du coût de ce mode d’intervention », « cinq fois celui de l’intervention d’un médecin au chevet du patient », soutient l'association.

Un refus catégorique du tiers payant généralisé 
Par ailleurs, ces médecins refusent qu’un service territorial de santé au public, « vienne encadrer la liberté de pratique et d’installation selon une conception dirigiste et centralisée de la médecine. »
Enfin, ils sont contre la généralisation du tiers payant total et obligatoire qui, selon eux, « va finir de créer un environnement bureaucratique portant atteinte à l’exercice libéral de la médecine, alors que la dispense d’avance de frais est déjà largement utilisée au profit des personnes les plus démunies. »

Autant de grévistes que de médecins réquisitionnés
Résultat, SOS médecins a comme demande forte que « les principes régissant la permanence de soins soient définis au niveau national et qu’ils ne soient pas laissés à l’appréciation des ARS, ce qui équivaudrait à la mise en place de modes d’accès aux soins différents selon les Régions. » 
Et dans l'attente d'une réponse favorable de la ministre de la Santé la grève se poursuit jusqu'à mercredi, indique l'association dans tous les médias.
Pourtant, malgré leur détermination, il faut préciser que de nombreux docteurs de SOS Médecins ne pourront pas cesser réellement leur activité. « D'ores et déjà, un millier d'entre eux, qui n'étaient réquisitionnés que pour des périodes de nuit (20h-8h), le sera davatange », a déclaré sur TF1 le président de l'Association, Dominique Ringard. « Les 64 structures sont réquisitionnées : certaines en journée et la nuit, d'autres que la nuit », a-t-il conclu.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité