Publicité

QUESTION D'ACTU

Débat à deux jours du second tour

La santé s'invite dans la campagne

A peine effleurée durant la campagne, la santé est pourtant une priorité pour les Français. Pour en savoir plus sur les intentions de Nicolas Sarkozy et François Hollande, notre rédaction a réuni les représentants des deux candidats

La santé s\'invite dans la campagne CHAMUSSY/SIPA

  • Publié 04.05.2012 à 00h34
  • |
  • |
  • |
  • |


Il y a quelques jours, Le Lancet, la célèbre revue scientifique, pronoistiquait pour la France des lendemains qui déchantent: "le futur président français sera confronté à des décisions dures en matière de santé”, écrivait l'auteur de l'article. Durant ces longues semaines d'une campagne électorale qui s'achève dans deux jours, les deux finalistes n'ont fait qu'effleurer le sujet. Et pourtant, les électeurs considèrent la santé comme un enjeur majeur. Avec l'emploi, ils l'érigent en tête de leur préoccupation. Mais la sanction est là: quatre Français sur dix déclarent ignorer le programme des présidentiables en la matière, selon le sondage réalisé par l’Institut Viavoice. 


Alors, comment expliquer un tel décalage entre une opinion qui aspire à un vrai projet et des prétendants qui esquivent ? Comment ne pas entendre cette colère qui monte chez les patients frappés au portefeuille et chez les professionnels de santé qui n'ont plus le coeur à l'ouvrage ? La peur de froisser les électeurs, le manque d'engagement semblent, pour le coup, réunir les deux candidats. Car, derrière ces différences à la marge des programmes, il y a une certitude.
Pour éviter que notre sécurité sociale soit en faillite, que nos hôpitaux sélectionnent les risques et que les médecins de ville abondonnent leur sacerdoce, des réformes douloureuses s'imposent. Elles passent inévitablement par des nouvelles recettes, des mesures d'économie. Mais cela ne suffira pas.
Quel que soit le nom qui sortira vainqueur des urnes dimanche, le futur président de la République devra, sans tarder, proposer au pays un nouveau modèle de santé. Ni étatique, ni libéral, il devra concilier les exigences d'une médecine moderne avec le respect des solidarités.

Comment comptent-ils s'y prendre ? Pour le savoir,  la rédaction de pourquoidocteur et de fréquencem a organisé un débat entre les représentants santé de François Hollande et Nicolas Sarkozy.


Marisol Touraine, député PS
, président du Conseil Général d'Indre-et-Loire

Pr Philippe Juvin, député euroepéen UMP, chef du service des Urgences de l'hôpital européen Georges Pompidou

Un débat animé par Cécile Coumau et Mathias Germain le jeudi 3 mai 2012

 
Les taux de remboursement

 

 Les dépassements d'honoraires

 

Des ados à la fin de vie

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité