Publicité

QUESTION D'ACTU

Après la Grèce et l'Espagne

Notre système de santé menacé par un plan d'austérité

La crise conduit le gouvernement espagnol à économiser 7 milliards d'euros par an sur le secteur de la santé. Un scénario qui inquiète en France  spécialistes et professionnels de santé.

Notre système de santé  menacé par un plan d\'austérité Manu Fernandez/AP/SIPA

  • Publié 29.04.2012 à 19h29
  • |
  • |
  • |
  • |


Les mesures d’austérité appliquées dans le domaine de la santé menacent l’accès aux soins dans de nombreux pays européens. Après la Grèce, le Portugal, c’est au tour du système de soins espagnol de subir les conséquences de la crise financière. Le conseil des ministres vient de donner son feu vert au nouveau plan d’austérité visant à couper 10 milliards d’euros par an, dans les budgets de la santé et de l’éducation.

Les réformes annoncées devraient modifier radicalement le système de soin. Du côté des patients eux-mêmes, la mesure qui risque de bouleverser le plus sensiblement leurs habitudes et surtout leur porte-monnaie concerne la part du remboursement des médicaments. Les actifs, qui jusque là payaient 40% de la facture devront désormais régler jusqu’à 60%, en fonction de leurs revenus. Mais la mesure qui fait le plus grincer des dents dans le pays concerne les retraités. Traditionnellement ils obtenaient leurs traitements gratuitement à la pharmacie. Désormais c’est terminé, “los jubilados” comme on les appelle dans le pays, devront régler 10% de la note.

En touchant à des secteurs aussi sensibles que la santé et l’éducation, le gouvernement risque de s’attirer les foudres d’une bonne partie de la population. D’autant que ces mesures de restriction devraient avoir des conséquences sur le système de santé à tous les niveaux. C’est déjà le cas dans la région de la Catalogne, qui dès 2011, a décidé de réduire son budget santé. Du coup, les Catalans constatent déjà les conséquences de ces restrictions financières : fermeture de plusieurs services hospitaliers, réduction du nombre de lits disponibles, délai d’attente pour des examens toujours plus longs…


Dr P, médecin généraliste depuis 20 ans à Barcelone: Plusieurs hôpitaux ont déjà fermé alors qu’ils fonctionnaient bien, et tout cela ne va pas s’arranger.”

 

 

La France doit-elle s’attendre dans les mois qui viennent à des coupes aussi drastiques dans le budget de la santé ? Pour le moment, aucun des deux candidats à l’élection présidentielle n’a annoncé de mesures en ce sens. Pourtant, selon plusieurs économistes de la santé, au regard de l’ampleur des déficits des comptes sociaux, il faudra bien mettre en place des réformes de structure. Et ils ne sont pas les seuls, la célèbre revue scientifique The Lancet, vient de jeter un pavé dans la marre avec son édito intitulé: “Le futur président français sera confronté à des décisions dures en matière de santé”. Un avis que partage les professionnels de santé.


Claude Leicher, président du syndicat de généralistes, MG France: Si l’on ne fait rien, après l’Espagne ce sera notre tour dans quelques mois.”  

 

 

Et du côté hospitalier aussi, on cherche des solutions pour faire des économies sans remettre en cause l’accès aux soins de la population. Gérard Vincent, délégué général de la Fédération Hospitalière de France (FHF) évoque ainsi tous les regroupements et les coopérations hospitalières qui sont menés depuis plusieurs années sur le territoire.  

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité