Publicité

QUESTION D'ACTU

460 professionnels de santé tués

Syrie : la destruction des hôpitaux érigée en arme de guerre

En 3 ans, le régime syrien a détruit près de la moitié des hôpitaux et a entraîné la mort de plus de 460 professionnels de santé, dénonce un rapport de l'ONG Physicians for Human Rights.

Syrie : la destruction des hôpitaux érigée en arme de guerre Anonymous/AP/SIPA

  • Publié 14.05.2014 à 19h19
  • |
  • |
  • |
  • |


Des hôpitaux bombardés, des médecins tués. « Le conflit syrien est la pire démonstration de la destruction du système de santé utilisée comme arme de guerre ». Ces mots sont ceux de Donna McKay, directrice de l’ONG américaine Physicians for Human Rights. Cet organisme vient de publier un rapport accablant sur les agissements du régime Assad.


Entre mars 2011 et mars 2014, 150 attaques ont été perpétrées contre des structures médicales ou des professionnels de santé syriens. De nombreuses sources et notamment des vidéos ne laissent aucune place au doute. Ces attaques ont été commises à 90% par les forces gouvernementales, et elles sont responsables de la mort de plus de 460 professionnels de santé, dont un tiers sont des médecins, les autres étant des infirmiers, des brancardiers ou encore des pharmaciens.« En tant que médecin, nous sommes perçus comme des ennemis car nous soignons tout le monde, sans nous préoccuper de l’appartenance politique. Nous prenons de gros risques », témoigne un médecin d’Alep.

La moitié des hôpitaux détruits
Selon le rapport de PHR, près de la moitié des hôpitaux ont été partiellement ou totalement détruits et 93% des ambulances ont été endommagées ou mises hors service. Pour cette ONG, ces attaques systématiques représentent une violation des conventions de Genève et constituent un crime contre l’humanité. « Le caractère systématique de ces attaques reflète l'indifférence du gouvernement à la santé et la vie des civils, ce qui a créé une crise de santé publique qui va hanter la Syrie pendant des années », a déclaré Erin Gallagher, directeur des enquêtes et urgence de PHR. « Les médecins et les infirmières qui se sont engagés à prendre soin de tout le monde, indépendamment de leurs croyances politiques, sont tués en essayant de sauver des vies dans des circonstances éprouvantes. »


Le rapport s’accompagne d’une carte interactive, qui indique la localisation des attaques, leur chronologie, les cibles visées et les armes employées. On apprend ainsi que le bombardement des hôpitaux a commencé début 2012, à Homs. Puis les attaques se sont multipliées et étendues à d’autres villes, en particulier à partir de juillet 2012.
« Nous ne pouvons pas laisser ces agissements devenir une nouvelle norme dans un conflit », insiste Donna McKay. PHR demande l’application de la résolution 2139 du conseil de sécurité de l’Onu afin d’envoyer des convois humanitaires dans les régions assiégées. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité