Publicité

QUESTION D'ACTU

Variations génétiques

La maladie d'Alzheimer n’aurait jamais touché Néandertal

99,84 % de nos gènes sont les mêmes que l’homme de Néandertal. Mais grâce à des variations, ce « cousin » n’aurait jamais développé des maladies comme l’autisme ou Alzheimer.

La maladie d'Alzheimer n’aurait jamais touché Néandertal Deux Néandertaliens ( DDP IMAGES FILMFOTOS/SIPA)

  • Publié 22.04.2014 à 16h49
  • |
  • |
  • |
  • |


La maladie d’Alzheimer s’expliquerait-elle plus par l’évolution que par le mode de vie ? C’est l'une des nombreuses questions soulevées par une étude publiée ce 21 avril dans Science. Une équipe internationale (Institut Max-Planck, Université hébraïque de Jérusalem, université d’Oviedo) a comparé les variations génétiques entre l’homme moderne et plusieurs espèces d’hominidés aujourd’hui disparues (dont l’homme de Néandertal et l’hominidé de Denisova). Les résultats suggèrent que certains gènes associés aux systèmes nerveux et cardiovasculaire varient du tout au tout.

 

Un génome similaire à 99,84 %

Cette étude épigénétique pourrait expliquer la survenue récente de certaines maladies. Ce domaine s’intéresse aux légères variations des gènes qui, sans altérer la structure de ceux-ci, modulent leur activité. Grâce à cela, les chercheurs ont pu suggérer que, si Néandertal avait vécu jusqu’à aujourd’hui, il n’aurait peut-être jamais développé la maladie d’Alzheimer. Pour y parvenir, ils ont mis en parallèle le génome complet de notre « cousin » disparu et celui de l’homme moderne. Ils sont similaires à 99,84 % sur un plan génétique. Pour comparaison, le génome des chimpanzés – nos plus proches « cousins » vivants – est similaire à 98,8 % au nôtre. Des études ont déjà permis de déterminer que Néandertal aurait « légué » aux Européens une bonne partie de leur graisse.

 

Des variations sur le système nerveux

Ce qui suscite les véritables écarts entre les espèces, c’est l’épigénétique. Avec presque le même génome de base, le Néandertalien et l’homme moderne n’auraient pas développé la même anatomie. Certaines variations « affectent les gènes associés au développement des os, et peuvent expliquer les variations entre le squelette des espèces anciennes et des hommes contemporains, », explique le Dr Mario Fernandez-Fraga, de l’université d’Oviedo (Espagne). D’autres concernent les gènes associés aux systèmes nerveux et cardiovasculaire ou à la fonction du cerveau.

 

Ces variations sont cruciales pour la recherche. Dans certains cas, les gènes inactifs chez Néandertal étaient bel et bien actifs chez l’homme moderne. C’est le cas de ceux liés à l’autisme, à la schizophrénie ou à la maladie d’Alzheimer. Ce qui soulève la question de l’évolution face aux prédispositions génétiques. « On peut se demander si ces maladies, si fréquentes dans la société actuelle, reflètent une prédisposition inhérente à notre espèce ou si, au contraire, c’est une conséquence de notre mode de vie et de l’environnement dans lequel nous évoluons », analyse Jose Riancho, de l’université d’Oviedo. La proximité avec Néandertal n'a pas que du bon : en janvier dernier, une étude dans Science soulignait que cette ascendance serait à l'origine de maladies auto-immunes (maladie de Crohn, lupus, maladies hépatiques) ou encore du diabète de type 2... voire du tabagisme !

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité