Publicité

QUESTION D'ACTU

Surmédicalisation, eugénisme, business

FIV : des spécialistes dénoncent certaines dérives

Dans un entretien accordé au JDD, Jacques Testard, le père scientifique du 1er bébé-éprouvette craint un risque d’eugénisme. D’autres experts dénoncent aussi les dérives actuelles de la PMA.   

FIV : des spécialistes dénoncent certaines dérives MELANIE FREY/JDD/SIPA

  • Publié 02.03.2014 à 14h38
  • |
  • |
  • |
  • |


"Presque un tiers des FIV sont pratiquées sans indications médicales et sont donc abusives. A condition d'attendre un peu, beaucoup de couples pourraient fabriquer un enfant dans leur lit" explique Jacques Testarce dimanche dans les colonnes du JDD. Ce biologiste de 75 ans qui en 1982, a largement contribué à la naissance d'Amandine, le 1er bébé éprouvette, semble désormais craindre un certain nombres de dérives engendrées par les progrès de la procréation médicale assistée. Surmédicalisation de la conception, esclavagisme des mères porteuses, sélection d'embryons toujours plus parfaits, voilà quelques uns des excès que pointe du doigt Jacques Testard qui publie justement un essai sur le sujet aux éditions Seuil qui sortira en librairie ce jeudi. Alors sommes nous en train d’abuser de la FIV ? La question était clairement posée en titre d’un article publié récemment dans le British Medical Journal. Des spécialistes britanniques, hollandais et australiens de l’assistance médicale à la procréation s’inquiètaient de voir cette technique devenir victime de son succès. « Un million de bébés sont nés au cours des 25 premières années de la FIV entre 1978 et 2003. Il n’a ensuite fallu que 2 ans de plus pour atteindre les 2 millions en 2005 et plus de 5 millions de bébés supplémentaires sont nés jusqu’à la fin de l’année 2013 », écrivaient les auteurs soulignant que la part des naissances par fécondation in vitro, de l’ordre de 3% dans nos pays développés, dépasse maintenant 5% au Danemark ou en Belgique.

Le temps de la conception naturelle estimé à 2-3 ans

En cas d’obstruction tubaire chez la femme ou d’infertilité masculine sévère, le recours aux techniques de fécondation in vitro n’est pas contesté. Ce qui interpelle les spécialistes, c’est la tendance à se tourner très vite vers la FIV, sans même se laisser, pour les 30% de troubles de la fertilité non expliqués par une cause médicale, le temps de la conception naturelle, estimé entre 2 et 3 ans.

Or par rapport à une grossesse naturelle, la FIV n’est pas sans risques. Ni pour la mère, qui est plus exposée aux complications comme le diabète gestationnel ou la pré-éclampsie, ni pour l’enfant, dont les risques de prématurité, de petit poids de naissance et de certaines malformations congénitales sont accrus.

Les auteurs de l’article du BMJ soulignaient que dans ces cas de stérilité inexpliquée, la grossesse survient naturellement dans les 2 ans pour 60% des couples. Autrement dit, il serait urgent d’attendre. « Mais quand ils nous consultent, quelque soit leur âge, les couples ont déjà attendu. Pas forcément 2 ans certes, mais le message « il n’y a rien d’anormal dans votre dossier, revenez me voir dans 2 ans » n’est pas recevable par les patients », justifie le Pr François Olivennes, gynécologue-obstétricien à Paris.

 

Après 38 ans, un recours trop systématique à la FIV 

« Il y a sûrement un excès de fécondation in vitro, reconnaît le spécialiste français. En particulier pour les patientes de plus de 38 ans chez qui certains médecins ont tendance à penser automatiquement à la FIV. » Or ces patientes de plus de 38 ans sont nombreuses parmi les cas de stérilité inexpliquée qu’évoquent les auteurs. « Il s’agit de couples formés ou recomposés tardivement. Ce décalage de l’âge de la femme au moment de la grossesse est un des facteurs de l’augmentation du recours à la FIV », souligne François Olivennes. Car après 38 ans, le temps presse et le corps médical a tendance à se tourner d’emblée vers la technique d’aide médicale à la procréation la plus efficace, en l’occurrence la FIV.

 

Ecoutez le Pr François Olivennes, gynécologue-obstétricien à Paris : « La FIV est plus lourde mais le taux de succès est de 30% contre 10 à 15% pour une insémination. Est-ce qu’il vaut mieux tenter d’abord de faire simple ou faire directement compliqué mais efficace ? »


 

« La FIV est devenue une industrie génératrice de profits » 

Les considérations sont également économiques. « La FIV est devenue une industrie génératrice de profits », soulignent les auteurs de l’article du BMJ. « Certes une FIV est beaucoup plus coûteuse qu’une insémination mais selon certaines études, il reste économiquement plus favorable de faire une FIV plutôt qu’un cycle de 3 ou 4 stimulations puis insémination. C’est l’objet de nombreux débats dans les congrès », indique le Pr Olivennes.

 

Pour les auteurs du BMJ, il y a désormais urgence à établir des lignes directrices plus précises pour « un recours plus judicieux » à la fécondation in vitro. « Les pionniers de cette technique ont eu à se battre contre les dogmes scientifiques, sociétaux et religieux. Nous sommes maintenant face à un nouveau choix de société, concluent-ils. Nous pouvons continuer à offrir un accès rapide à la FIV, non validé par la science ou suivre le chemin plus difficile des indications pour lesquelles elle démontre efficacité et sécurité. »

 

Ecoutez le Pr François Olivennes « Il faut trouver le juste milieu entre ne pas se précipiter chez des gens qui en ayant une activité sexuelle fournie pourront obtenir une grossesse naturellement et ceux à qui l’on peut proposer d’autres étapes avant la FIV. »

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité